Le Phoenix en mode reconstruction

Par Samuel Gosselin-Bélanger

Encaissant la défaite à huit occasions à ses dix dernières rencontres, la troupe de Stéphane Julien présente une fiche de 20 victoires, 29 défaites et 3 défaites en surtemps au moment d’écrire ces lignes. Actuellement, ce rendement est suffisant pour le 16e rang, le dernier qui donne accès aux séries éliminatoires.

Pour une deuxième année consécutive, le Phoenix de Sherbrooke se retrouve dans les bas-fonds du classement. En effet, durant la saison 2015-2016, Sherbrooke a terminé au 15e rang avec une récolte de 24 victoires en 68 parties. Cependant, les jeux ne sont pas encore faits pour cette campagne puisqu’il reste un peu moins d’une vingtaine de parties au calendrier de la saison 2016-2017.

En compétition avec le Drakkar de Baie-Comeau et les Voltigeurs de Drummondville pour les dernières places disponibles en séries, la lutte sera forte lors du dernier droit de la saison.

Un vent de changement

La direction de l’équipe sherbrookoise s’est d’ailleurs avérée très active sur le marché des échanges lors de la période des transactions. En effet, ce sont sept échanges qui se sont effectués entre Jocelyn Thibault, directeur général de l’équipe, et ses homologues des autres équipes du circuit Courteau. Ces échanges avaient notamment pour but de rajeunir l’équipe et de faire le plein de choix de repêchage.

Le premier échange d’importance de la formation s’est fait avec le Drakkar de Baie-Comeau alors que le jeune gardien prometteur, Justin Blanchette, à peine âgé de 16 ans, poursuivra son stage junior dans l’uniforme du Drakkar. En contrepartie, un choix de première ronde en 2018 se retrouve à Sherbrooke. De plus, le 26 décembre, Thibault a obtenu une excellente acquisition avec le défenseur de 19 ans et espoir de troisième ronde des Jets de Winnipeg, Luke Green. Pour mettre la main sur ce défenseur, propriété des Sea Dogs de St-Jean, Jocelyn Thibault n’a eu d’autre choix que de sortir le grand jeu avec un choix de première ronde et deux choix de deuxième ronde en 2018.

Une excellente récolte de choix

Finalement, la plus grosse transaction de l’équipe est survenue le 5 janvier 2017, lorsque le capitaine de la formation, Carl Neill, fut échangé à Charlottetown en retour de quatre choix de repêchage, dont deux de deuxième ronde. L’athlète de 20 ans, originaire de Lachute, terminera donc son parcours junior avec la formation des Maritimes. À la suite de tous ces échanges, ce sont 11 choix de repêchage, dont deux de première ronde pour l’encan 2018, qui se retrouvent désormais dans les rangs de l’équipe sherbrookoise.

À quoi s’attendre pour le reste de la saison?

Jusqu’à la fin de la saison, il sera intéressant d’assister à la course aux séries de la formation de Julien contre les autres équipes du circuit. La bataille permettant d’obtenir un poste dans les 16 équipes participantes au bal printanier ne sera, en effet, pas de tout repos. Chaque point amassé au classement sera d’une importance capitale, d’autant plus que si la formation sherbrookoise termine dans les cinq dernières formations de la ligue, son nom sera placé dans le boulier qui déterminera le premier choix du prochain repêchage. Cet événement d’envergure sera cette année accueilli par les Sea Dogs de St-Jean.

Somme toute, malgré les insuccès que connaît présentement l’équipe, la formation de Stéphane Julien a un bel avenir devant elle. Reste à voir si le processus de reconstruction entrepris par l Phoenix se fera à son plein potentiel.


Crédit photo ©  Vincent L. Rousseau

Laisser une réponse