Culture-Photodarticle-Sahar EliasPar Sahar Elias

Avez-vous remarqué tout ce qui vous entoure? Les merveilles sont réellement omniprésentes. Ce n’est pas de leur faute si on refuse de les apprécier pour pouvoir affirmer que nos vies sont banales.

Il n’est pas nécessaire de voyager loin pour découvrir de nouvelles choses. Il suffit parfois d’adopter les yeux d’un touriste. Lors d’un voyage, nous incarnons naturellement le rôle d’une personne ouverte et prête à accepter diverses richesses culturelles. Pourquoi ne pas toujours adopter cet état d’âme? Et si nous devenions touristes de façon permanente — ou le plus souvent possible? Nous donnerions alors la chance à l’ordinaire de devenir extraordinaire, nous remplacerions la routine par le miracle. Et si je vous proposais le choix, voudriez-vous vivre dans le miracle ou dans le banal? Le choix est réellement le vôtre et il est totalement dans votre pouvoir d’adopter ce style de vie.

C’est incroyable la manière dont nous absorbons la culture lorsque nous sommes en voyage! Tout nous semble digne d’admiration, nouveau, inconnu et exotique. Nous sommes à la découverte. La plus simple des choses devient un objet de fascination et nous avons le désir d’apprendre tout sur les nouveaux lieux que l’on découvre. Cependant, les lieux que l’on visite lors de nos voyages sont pour leurs habitants des lieux usuels, routiniers, qui n’ont rien de spécial, et nous restons souvent déconcertés par le fait qu’ils n’admirent pas les spectacles qui les entourent. En fait, c’est que la routine est l’ennemi juré du miraculeux.

Une application pratique de ce mode de vie peut se manifester si on adopte des habitudes communes au tourisme et qu’on les intègre dans notre quotidien. En plus d’être fortement fertile et propice à un épanouissement personnel, cette attitude contagieuse risque de contribuer à une expansion de notre conscience culturelle sans précédent. À titre d’exemple, la photographie   — l’activité touristique par excellence — peut s’avérer fort intéressante et enrichissante. Elle nous permet de découvrir des objets de fascination, de nous aventurer dans des sentiers inconnus et d’être constamment à la recherche de diverses merveilles.

Sherbrooke est un lieu idéal pour que ses habitants incarnent le rôle de touristes. Avec ses multiples endroits publics, ses parcs, sentiers, édifices, statues et ses maisons d’art, la ville offre diverses attractions. Il faut simplement garder les yeux et l’esprit ouverts. C’est dans cet esprit que je vous conseille fortement de vous aventurer dans les nombreux espaces publics et dans les aménagements urbains de la ville de Sherbrooke, qui sont souvent inoccupés. Ils ont un cachet qui rendrait plusieurs grandes villes jalouses. Notamment, cette semaine, j’ai vécu un très beau moment en me promenant dans le vieux Sherbrooke, où l’art public est omniprésent.

Le quotidien tue les rêves, la routine écrase le magnifique. En tant qu’étudiants, au-delà d’être occupés, nous sommes aussi souvent préoccupés. L’idée d’inclure des activités culturelles à notre horaire déjà surchargé peut sembler irréalisable. Une sortie au cinéma ou une soirée à un spectacle culturel, en plus d’être onéreuse, risque de nous angoisser plus qu’autre chose, car elle nous éloigne de nos études et ajoute un fardeau sur nos horaires, surtout en cette période de fin de session. Si on changeait simplement de perception, on trouverait de la culture un peu partout, sans devoir y consacrer une plage horaire ou un budget.

Nous désirons nous évader dans de nouveaux lieux afin d’échapper à notre vie quotidienne et voir de nouvelles choses. Mais nous oublions que notre quotidien a le potentiel d’être extraordinaire. Il suffit de découvrir les lieux qui nous entourent sous un autre angle, avec de nouveaux yeux. L’expérience renouvelle l’esprit. L’extraordinaire est tout autour de nous, attendant patiemment que nous le remarquions.

Partager cette publication