Par Camille Sévigny

Le 31 octobre dernier nous quittait, à l’âge vénérable de 90 ans, sir Thomas Sean Connery. Mieux connu comme étant le premier interprète de la franchise Bond dans le film James Bond 007 contre Docteur No (1962), dont la réplique culte « Bond, James Bond » résonne encore aujourd’hui dans ses films plus récents, Connery se démarque par sa nonchalance charmante et son magnétisme naturel.

Né à Fountainbridge, un quartier industriel d’Édimbourg, la capitale écossaise, le 25 août 1930, il grandit au sein d’une famille irlando-écossaise modeste. Il a aussi un frère, Neil, plus jeune que lui de huit ans. Sa mère est lessiveuse et son père, aux prises avec des problèmes de jeu et de boisson, est camionneur.

N’ayant jamais aimé l’école, le jeune Sean abandonne ses études à l’âge de 13 ans pour travailler comme laitier et soutenir sa famille en situation précaire. À 17 ans, celui qu’on surnommait « Tommy » ou « Big Tam » s’engage dans la Marine britannique, qu’il quitte pour soucis de santé mineurs quelques années plus tard.

À son retour en terre natale, le jeune homme enchaîne alors une variété de jobs éclectiques tels que briquetier, polisseur de cercueils et modèle d’art à l’Institut local. Même s’il « ne le faisait que pour les filles », cet emploi temporaire pousse ses amis à soumettre sa candidature pour le concours Mr Universe de 1953.

Il fait ainsi ses premiers pas dans le domaine du culturisme. Frondeur, il se présente au concours comme « Mr Scotland », il faut dire que, mesurant 6 pieds 2 pouces, et étant de forte stature, il en impose. Pourtant, son assurance lui remporte la troisième place de sa catégorie, et lui permet de se faire remarquer par un directeur de distribution, présent aux épreuves, qui lui offre un rôle dans une comédie musicale. Plus tard, Connery se décrit dans ce contexte comme n’ayant aucun talent ni pour la danse ni pour le chant, mais que se tenir sur une scène et y faire le beau, ça, il savait le faire.

Ainsi, ayant toujours eu une fascination pour les histoires fantastiques et les films, le jeune homme entame sa carrière artistique au théâtre, puis au cinéma.

Outre son rôle du célèbre espion britannique, qu’il reprit dans six films au total, la carrière cinématographique de Sean Connery est aussi synonyme de polyvalence et d’excellence. De son rôle-titre dans Pas de printemps pour Marnie (1964), réalisé par Alfred Hitchcok, celui dans L’Homme qui voulut être roi (1975), un autre dans Le Nom de la rose (1986), celui de Henry Jones, père, dans Indiana Jones et La Dernière Croisade (1989), et plusieurs autres, on peut dire qu’elle fût aussi prolifique.

Il mérite d’ailleurs un Oscar et un Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle pour sa performance dans Les Incorruptibles (1987) et le British Academy Film Award du meilleur acteur pour son rôle dans Le Nom de la rose (1986). L’American Film Institute lui décerne aussi un Lifetime Achievement Award en 2006 pour l’ensemble de sa carrière. De plus, l’Écossais est sacré commandeur des Arts et des Lettres en France et chevalier de la Légion d’honneur.

D’abord acteur, Connery produit aussi quelques films tels que Medicine Man (1992), réalisé par John McTiernan et Entrapment (1999), du réalisateur Jon Amiel.

Tout au long de sa vie, le natif d’Écosse affichait bien fièrement ses origines et ses convictions politiques nationalistes, il arborait d’ailleurs un tatouage lisant « Scotland Forever » (« l’Écosse pour toujours »). En dépit de positions politiques opposées, il reçoit en l’an 2000 le titre de chevalier de Sa Majesté la reine Elizabeth II, et y choque la société britannique en portant pour l’occasion le kilt traditionnel écossais.

Malgré son statut de célébrité à l’échelle mondiale, il demeure réservé concernant sa vie personnelle, quelque peu rocambolesque. Il se marie à deux reprises, et un fils, Jason, nait de sa première union. Il n’entretient pas de relation très chaleureuse avec celui-ci, bien que ce dernier ait suivi ses traces dans le monde cinématographique.

Après avoir annoncé sa retraite en 2010, M. Connery passe sa dernière décennie à l’écart de la vie publique, à sa résidence aux Bahamas, et y meurt de causes naturelles auprès de sa femme.

De ses rôles à l’écran à son personnage public, il est certain que Sean Connery a marqué les esprits et l’imaginaire. Son interprétation du célèbre James Bond engendra grandement le succès continuel que connait le personnage encore aujourd’hui.

En outre, son talent et son charisme artistiques lui confèrent unanimement le statut de légende du cinéma.

Sources :


Crédit Photo @ Vanity Fair

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *