« Le rugby m’a fait grandir » Entrevue avec Camille Bergeron

Par Christophe Lachance-Tardif

En ce début de session, j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Camille Bergeron, une étudiante-athlète de deuxième cycle en droit international et politique internationale appliqués en plus d’évoluer pour l’équipe de rugby féminine du Vert & Or. Camille nous raconte son expérience à titre de bénévole pour l’organisme Opération Nez rouge, qui vient de conclure sa 32e édition ainsi que de sa passion pour le rugby.

Q : Durant le mois de décembre, tu as effectué du raccompagnement pour Opération Nez rouge, est-ce que c’était la première fois que tu participais bénévolement à un organisme similaire?

R : « Non, ce fut ma troisième année. J’ai commencé cette implication à Sherbrooke lors de mes débuts avec le Vert & Or. Comme j’ai vraiment apprécié l’expérience, j’ai également effectué des raccompagnements dans le cadre de la campagne d’Opération Nez rouge à Laval. »

Q : Est-ce qu’il y a une optique particulière pour laquelle tu démontres de l’intérêt pour le raccompagnement?

R : « En fait, comme la campagne Opération Nez rouge à Sherbrooke verse tous les profits recueillis au Vert & Or, il est hautement encouragé que les athlètes contribuent en tant que bénévoles. Personnellement, l’alcool au volant est un enjeu de société qui m’interpelle beaucoup et il me fait particulièrement plaisir de collaborer à la mission importante de cet organisme. En plus, ce sont généralement des soirées qui sont vraiment drôles! Ça fait des bonnes anecdotes à raconter par la suite. Je recommande l’expérience à tout le monde! »

Q : Tu évolues également pour l’équipe de rugby du Vert & Or, comment as-tu eu l’idée de rejoindre une équipe de rugby?

R : « Je n’avais jamais touché à un ballon de rugby avant que je ne commence à m’entraîner avec le Vert & Or! J’ai découvert ce sport un peu par hasard, en croisant, au Centre Sportif, une amie avec qui j’avais déjà joué au flag-football qui m’a convaincue de venir à une pratique pour essayer. Au départ, je dois avouer que l’idée des pratiques à 6 h du matin, les risques de blessures et la peur de manquer de temps pour mes études m’ont fait hésiter. Toutefois, au fil des entraînements, j’ai appris à découvrir une équipe merveilleuse qui m’a motivée à persévérer dans la pratique de ce sport difficile. Ce fut probablement la meilleure décision de mon parcours universitaire. Le rugby m’a fait grandir, en tant qu’athlète bien sûr, mais aussi en tant que personne, en me faisant comprendre le sens profond de certaines valeurs, comme l’abnégation et le dépassement. Mes entraîneurs et mes coéquipières m’ont inculqué une éthique de travail qui me suivra dans toutes les sphères de ma vie. »

Q : Quel est ton plus beau moment sur un terrain?

R : « Il y en a eu plusieurs! Je dirais que notre victoire à domicile cette saison contre Bishop’s a été particulièrement mémorable, notamment en raison de l’énergie de la foule record qui était présente. »

Q : Que dirais-tu à tous ceux qui désireraient s’initier à ce sport?

R : « De ne pas avoir peur et d’essayer! Le rugby va plaire à tous ceux et celles qui ont un certain passé athlétique et qui aiment l’adrénaline. C’est réellement un sport qui gagne à être connu. Je recommande également le rugby à tous les passionnés de sports d’équipe. Honnêtement, j’ai pratiqué plusieurs sports et je n’ai jamais retrouvé un tel esprit d’équipe sur un terrain. Chaque joueur est en quelque sorte ‘‘responsable’’ de la sécurité de ses coéquipiers et cela nous pousse à tout donner. Il s’agit également d’un sport complet, qui fait appel à de multiples aptitudes physiques comme la vitesse, la puissance, la force et l’endurance. »

Pour les intéressées, l’équipe féminine de l’Université de Sherbrooke est présentement en période de recrutement. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à communiquer avec Camille sur sa page Facebook personnelle ou encore, renseignez-vous sur la page « Vert & Or Rugby ».


Crédit photo © Yves Longpré

Partager cette publication

Laisser une réponse