Le sexe et l’itinérance : une pratique parfois risquée, mais toujours essentielle

Par Josianne Chapdelaine

Que ce soit par l’entremise de gangs communes, de refuges pour itinérants ou à travers les soupes populaires, les rencontres entre sans-abri sont multiples et toutes les raisons sont bonnes de se donner un peu d’amour. Après tout, ça n’a pas de prix.

Les rapports sexuels chez les sans-abri sont parfois complexes et lourds de conséquences. Selon une étude portant sur les infections transmissibles sexuellement et par le sang effectuée par le gouvernement du Québec en 2012, les jeunes de la rueeraient plus vulnérables à contracter le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) ou l’hépatite C (VHC). Cette problématique est due à l’utilisation de drogues injectables et en raison des relations sexuelles pratiquées avec des partenaires plus à risque, comme les prostitués. Heureusement, des organismes comme La Chaudronnée de Sherbrooke, qui sert des repas aux plus démunis, offrent des seringues et des condoms gratuitement aux sans-abri.

Selon la sécurité publique du Québec, 80 % des itinérants souffriraient de troubles de dépendance en plus des problèmes physiques et psychologiques. Pour plusieurs, le manque de biens vitaux n’est pas une entrave pour trouver l’amour, au contraire. Plusieurs préjugés briment la manière de percevoir ces personnes. Meagan Lepage, intervenante au Partage Saint-François qui est un organisme à but non lucratif qui héberge des jeunes de la rue, rappelle que les relations vécues chez les itinérants ne sont pas si différentes de celles des personnes qui ont un toit : «Il y a des relations saines aussi, j’ai connu un sans-abri qui a vécu 17 ans avec la même femme. Tous peuvent vivre une relation amoureuse intense.»

L’an dernier, six étudiants et étudiantes de l’Université de Sherbrooke ont vécu comme des sans-abri afin de comprendre la réalité de ces derniers. L’activité s’est étendue sur 5 jours, en plein froid du mois de mars. Les fonds amassés ont été offerts à la Table de concertation sur l’itinérance à Sherbrooke. Cette année, la même activité aura lieu. La période d’inscription est en cours. À qui la chance de vivre une expérience hors du commun?

 

Partager cette publication