L’éducation sexuelle en milieu scolaire: une prévention dès l’âge de six ans

Par Catherine Foisy

Un article publié le 9 septembre passé, « Maman, sais-tu ce qu’est le sexe? », sous l’enseigne du Collectif, traitait du retour de l’enseignement sexuel en milieu scolaire élémentaire et secondaire. Deux mois plus tard, le contenu de ces segments de cours est dévoilé au grand public. Serait-ce favorable à la prévention des agressions sexuelles?

 .

Les motifs de mise sur pied de ces cours spécialisés étaient, rappelons-le, de prévenir la violence dans les relations amoureuses, les infections transmissibles par le sang et sexuellement, la grossesse, l’inceste, l’homophobie, mais également et surtout, les agressions sexuelles. Le projet pilote déjà implanté dans une quinzaine d’établissements scolaires québécois représente une charge de cours de cinq à quinze heures sur une base annuelle. Le programme dévoilé il y a quelques jours, la tenue de cours sur les agressions sexuelles est prévue chez les premières, troisièmes et cinquièmes années du primaire.

.

Les agressions sexuelles seront abordées pour la toute première fois en première année. Dès lors, on enseignera aux jeunes élèves à reconnaître les situations d’agressions sexuelles ainsi que les différentes façons de procéder. L’idée de l’agression sexuelle commise par un membre de la famille ou de l’entourage de l’enfant, par une personne peu connue ou un pur inconnu sera sur la table. On leur enseignera les habilités préventives ainsi que l’autoprotection et la dénonciation de la situation et la demande d’aide.

.

En troisième année du primaire, les agressions sexuelles seront à nouveau abordées lors des cours d’éducation sexuelle. Cette fois-ci, il sera question d’apprendre aux enfants entre 8 et 9 ans les différentes formes d’agression sexuelle (contact, exhibitionnisme et voyeurisme, contact forcé avec le monde de la pornographie). Du côté de la prévention et de l’autoprotection, on tâchera de leurs enseigner comment mettre en branle les différentes techniques apprises en première année.

.

En cinquième année, ce qui aura été enseigné en première et en troisième année sera de nouveau abordé. Certes, le ton changera parallèlement à l’échelle du temps selon laquelle les élèves de six à onze ans vieilliront.

.

Souhaitons que ces mesures prisent par le ministère de l’éducation seront des piliers dans la prévention des agressions sexuelles. Toujours est-il qu’à la FAE (Fédération autonome de l’enseignement), l’inquiétude triomphe, on est inquiet quant à l’implantation du programme qui sera officiellement lancé sur l’ensemble des établissements scolaires publics et privés de niveau élémentaire et secondaire dès 2017.

.

Chez les sexologues, on soutient que les élèves sont souvent malaisés lorsque vient le temps d’échanger sur la sexualité avec le corps enseignant. Le ministère, quant à lui, reste confiant que tout se passera dans l’ordre grâce à des formations de la part de spécialistes voire, la participation de ceux-ci à l’éducation sexuelle à même la classe.


L'édition du 3 novembre du Journal Le Collectif contient un dossier choc de quatre pages entièrement dédié à l'enjeu des agressions à caractère sexuel commises sur le campus de l'université de Sherbrooke. Huit articles qui abordent la problématique sous autant d'angles.

 


 

© École Notre - Dame

Partager cette publication