Les athlètes sherbrookois et estriens vers les Jeux du Canada 2019

Par Maude Ranger

Le programme Impulsion d’Excellence Sportive Sherbrooke est à sa toute première cohorte pour les Jeux du Canada 2019 d’hiver qui se déroulera à Red Deer (Alberta). L’équipe du Collectif a discuté avec l’athlète de biathlon, Leo Grandbois, afin d’en connaître davantage sur ce programme et sur cette discipline.

Le programme Impulsion, c’est quoi ?

Excellence Sportive Sherbrooke (ESS) est un organisme qui soutient le développement des athlètes et des entraîneurs de haut niveau de la région de l’Estrie. En 2013, l’ESS a développé le programme Impulsion afin de supporter et d’appuyer les athlètes estriens qui prendront part aux différentes éditions des Jeux du Canada d’été et d’hiver. Les objectifs de ce programme sont d’assurer une représentation des athlètes sherbrookois et estriens au sein des Équipes du Québec lors des Jeux du Canada, de travailler avec les organismes de la région et les fédérations sportives dans l’identification des athlètes et maximiser le soutien et l’encadrement des athlètes du programme.

L’Excellence Sportive Sherbrooke accueille des athlètes prometteurs et déploie les ressources nécessaires à leur développement. Sur leur site internet, on y retrouve les trois critères d’admissibilité à leurs services ; l’athlète doit pratiquer un sport reconnu par le MEES, résider sur le territoire de l’Estrie ou être un résident de l’Estrie qui s’entraîne à l’extérieur pour continuer son développement et être identifié par sa fédération et le MESS comme étant « Excellence », « Élite », « Relève » et « Espoir ». 

« Excellence » Athlètes brevetés de niveau sénior ou développement par Sport Canada
« Élite » Athlètes membres de l’équipe du Québec ouverte
« Relève » Athlètes membre d’une équipe du Québec, de niveau inférieur à celui des athlètes reconnus dans la catégorie « Élite »
« Espoir » Ces athlètes sont soutenus par un partenariat avec le programme Sport-études de l’école secondaire du Triolet et de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
« Espoir + » Athlète est reconnu par le MESS, évolue dans un réseau égal ou supérieur à celui où il évoluait au moment de sa reconnaissance ET/OU un athlète provenant d’un autre pays ou province lorsqu’il est possible d’obtenir une reconnaissance équivalente
Source : Site internet Excellence Sportive Sherbrooke/Admissibilité

Cette année, en raison des Jeux du Canada, l’ESS a reçu une subvention. « J’ai eu de l’aide financière pour payer un camp d’entraînement en vue des Jeux du Canada », précise l’athlète de biathlon. Le programme ESS a permis à l’athlète de 19 ans de participer à un camp d’entraînement dans l’Ouest canadien : « Je viens de faire un camp d’entraînement à Canmore (Alberta). En fait, c’est avec l’argent qu’ils [le programme ESS] m’ont donné que j’ai pu payer ce camp d’entraînement. Ç’a été un excellent camp pour moi, c’était en altitude, il y avait de la neige pendant qu’ici il n’y en avait pas. C’est une bonne préparation », ajoute Leo Grandbois.

Plusieurs collaborateurs

Le programme ESS travaille en collaboration avec plusieurs spécialistes dans l’objectif d’offrir le meilleur des services à ses athlètes. Nous retrouvons une panoplie de services offerts dont ceux d’acupuncture, de neuropsychologie, d’ostéopathie et de nutrition. Tous ces services permettent de contribuer au succès des athlètes du programme Impulsion.

Le biathlon : combiner ski de fond et tir à la carabine

Le jeune athlète pratique le biathlon depuis l’âge de 8 ans. C’est sa mère, originaire d’Allemagne, où le sport national d’hiver est le biathlon, qui lui a fait découvrir ce sport. Le biathlon comprend deux disciplines : le ski de fond et le tir à la carabine. Leo Grandbois nous explique le fonctionnement d’une course : « On commence par une loupe de ski fond. Ensuite, tu vas tirer. Il y a 5 cibles et il y a une pénalité par cible manquée soit une loupe de pénalité de 150 mètres par cible manquée. Il y a des courses que c’est 2 tirs et d’autres que c’est 4 tirs. »  

Ce sport comprend différentes épreuves, dont la préférée de l’athlète estrien : la course de départ de masse. « Tous les participants partent en même temps et c’est premier arrivé », émet Leo Grandbois. Il y a aussi des courses où se sont des départs individuels et c’est contre la montre. Pour les Jeux du Canada, Leo Grandbois mentionne qu’il y a une épreuve à relais.

L’entraînement

Début mai jusqu’à début novembre c’est la grande période d’entraînement de Leo. Il nous a expliqué que ses entraînements sont une combinaison de ski à roulette sur la route qui permet d’avoir le même « feeling » que quand il est en ski de fond, de course, de musculation et des pratiques de tir. Ensuite, début novembre ce sont les premières courses qui commencent par exemple en Alberta. Il y a deux semaines, Leo est revenu de l’Alberta où il a remporté une course sur trois. « En fait, c’étaient des courses de sélection pour des Coupes du monde junior, pour l’équipe canadienne », explique l’athlète.

Objectifs Jeux du Canada 2019

Leo vise une médaille à chaque course pour les Jeux du Canada. Tout en étant réaliste, il mentionne qu’il est en mesure de gagner au moins deux médailles d’or.

Vers les Jeux olympiques 2022

Étant sur l’équipe canadienne junior depuis déjà trois ans, Leo vise les prochains Jeux olympiques et aimerait rejoindre l’équipe canadienne sénior dans les prochaines années.


Crédit Photo @ Jeux du Canada

Partager cette publication

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.