Par Alexia Desmarais

L’Halloween est à nos portes et, qui dit Halloween, dit chauves-souris! Même si certains en ont peur, leur disparition ne serait que plus effrayante!

Les deux tiers des espèces se nourrissent principalement d’insectes ravageant les champs agricoles. Sans elles, ce ravage serait en expansion et affecterait plusieurs écosystèmes, selon le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP). De plus, certaines se nourrissent de fleurs et de fruits, permettant ainsi la pollinisation et la dispersion des graines, selon Hector Harita, biologiste spécialiste des chiroptères à « Universidad Nacional Autónoma de Mexico ». Par exemple, la chauve-souris mexicaine à queue libre est le principal pollinisateur de l’agave produisant la fameuse tequila!

Les chauves-souris sont hantées par la perte de leur habitat, décimé dans l’Est canadien, par un étrange champignon mortel créant à ses hôtes un museau blanc. Des chercheurs américains ont découvert des centaines de chauves-souris agonisant dans des grottes abandonnées en 2006 dans l’État de New York, selon le MFFP. Encore méconnu, le syndrome touche maintenant plus d’une quinzaine d’états dans le Nord-Est américain.

Le syndrome du museau blanc représente un enjeu international majeur pour la conservation des chauves-souris d’après le MFFP. Depuis 2010, ce fléau se retrouve spécifiquement dans la région de l’Estrie et de l’Outaouais, alerte le gouvernement provincial. La vitesse préoccupante de celle-ci serait la conséquence d’une espèce invasive, probablement répandue par les touristes qui visitent les grottes.

Les recherches entreprises mondialement par les scientifiques permettront bientôt de trouver une solution, selon le MFFP. Néanmoins, en tant que bons citoyens de l’Estrie, nous pouvons ralentir la progression de ce champignon en évitant de visiter les grottes contaminées, en suivant les procédures de décontamination des vêtements, en communiquant avec Chauves-souris aux abris et en faisant un don aux organismes de protection pour la conservation des chauves-souris, comme le WWF!


Crédit photo © Frédérick Lelièvre

Partager cette publication