Les étudiants et Noël : des habitudes qui se perpétuent?

Par Émilie Lalonde

La neige tombe… Les trottoirs sont de plus en plus glissants! Nos pensées aussi ont de la difficulté à tenir en place. D’un côté, la frénésie des fêtes envahit notre cœur et de l’autre, les projets de fin de session nous plongent dans un état de fatigue. Êtes-vous de ceux qui égayent leur appartement d’ornements pour se rappeler l’approche de Noël, pour stimuler ce qu’il vous reste de motivation? J’ai questionné quelques étudiants de mon entourage pour en apprendre davantage!

Nouvelle maison, nouvelles traditions?

Sans surprise, la population sherbrookoise se constitue d’énormément d’étudiants et la majorité d’entre eux ont quitté leur région natale pour venir s’installer en Estrie. Un nouveau chez-soi, de nouveaux amis, de nouvelles responsabilités : oui, la nouveauté est bien présente! En tant qu’adultes assumés, devrait-on abandonner certaines de nos vieilles traditions? Devrions-nous nous en créer de nouvelles? La période des fêtes en est une associée aux gestes habituels. Pour ma part, je confesse fièrement que je me délecte encore chaque matin des chocolats de mon calendrier de l’avent! Je compare même avec ma grande sœur, qui est ma colocataire, le dessin qui apparaît sur nos friandises. C’est enfantin, je l’avoue, mais si réconfortant.

Décorations, oui ou non?

Si nous avions assez de place, ma sœur et moi, je crois que nous aurions érigé un sapin. Notre appartement n’est malheureusement pas assez spacieux et le manque de temps a eu raison de mon envie de décoration. Plusieurs personnes parmi celles que j’ai interrogées m’ont d’ailleurs avoué ne pas décorer leur logis. Elles attendent plutôt leur grand retour dans le nid familial. En effet, les étudiants m’ont tous répondu systématiquement un « oui » assuré quand je leur ai demandé s’ils passaient les vacances dans leur région. Être en famille, c’est important, surtout quand notre mère fait les meilleurs desserts du monde! Il y a quelque chose de rassurant à retrouver le confort de notre foyer… Allez! Il ne reste que quelques examens avant que ça ne se produise!

Les réponses de mon enquête ont toutefois quelques nuances. Les habitudes des fêtes varient d’une famille à l’autre comme elles varient d’un étudiant à l’autre. Certains d’entre eux ne décorent que sommairement : une petite guirlande sur un mur, des lumières festives dans le salon, une chandelle aux couleurs flamboyantes sur son bureau! L’important, c’est d’utiliser les moyens qu’on a, même restreints, pour afficher un sourire sur notre visage lors de la très stressante fin de session. Les chansons de Noël apportent parfois, elles aussi, leur lot de réconfort et ne demandent pas de temps d’installation!

Finalement, il y a, parmi les gens sondés, les inconditionnels amoureux de la frénésie des fêtes. Ils décorent chaque espace de leur appartement, leur bureau et, pourquoi pas, leur agenda de quelques dessins! Depuis que l’Halloween est terminée, ils ne pensent qu’à célébrer Noël.

Bon retour à la maison

Que l’on soit l’un des trois types de personnes, la magie des fêtes nous rattrapera sans doute quand nous compléterons notre dernière journée de la session! Euphorie et joie à prévoir sur le campus de l’UdeS dans quelques jours…


Crédit photo © Émilie Lalonde

Partager cette publication