Les filles, le foot

sports-lesfilleslefootPar Élisabeth Simard

Je croise souvent les étudiants-athlètes du Vert & Or et je pense tout le temps qu’ils sont mes potes. C’est parce que je connais leur nom, leur âge, leur ville d’origine, leur position, leur numéro de chandail, leurs mensurations...Informations essentielles à une amitié solide, me dis-je. Manquerait peut-être que leur couleur préférée. Par un heureux concours de circonstances, je suis en stage aux communications pour le Vert & Or. Parallèlement, j’ai une maudite bonne mémoire. Alors, il m’arrive de croiser un étudiant-athlète qui ignore jusqu’à mon nom et de me dire: je sais combien tu pèses. Ça me fait rire dans ma tête. D’ailleurs, moi c’est le football que je préfère, même si je suis une petite fille (5 pieds 2 pouces le vent dans le dos) et que je porte souvent des robes. Les séries approchent et nos porte-couleurs doivent gagner les prochains matchs s’ils veulent – raisonnablement – une troisième place au classement. Je prêche pour ma paroisse, me direz-vous. Oui Monsieur! Et le football n’est pas une exclusivité masculine (je ne parle pas de jouer, ça, c’est une autre histoire).

Quand j’étais petite, papa m’emmenait toujours voir les matchs de mon cousin. C’était dans le temps où je lisais mes premières BD et l’équation s’est vite faite dans ma tête: gros muscles + suit de lycra = superhéros. Je ne comprenais pas la moitié, mais j’étais debout quand il y avait de longues courses. Pis j’avais le droit de manger des hotdogs. Rien n’a vraiment changé. Bon, le résultat de l’équation a sans doute changé un peu (clin d’œil, clin d’œil). Et maintenant je comprends (presque toujours) ce qui se passe sur le terrain. Toujours est-il que le foot est un sport violent. Au cours du match contre les Axemen d’Acadia, un plaqué a fait voler le casque d’un adversaire jusqu’au ciel; et pendant un instant, je pensais que la tête du gars était restée dans le casque. J’aime pas. Par contre, quand un de nos joueurs a rabattu le quart-arrière de Laval…BOOYA!

Pour en revenir à la saison en cours, les footballeurs de l’Université de Sherbrooke devront gagner les prochains matchs pour obtenir la troisième place au classement. Le Vert & Or a déjà battu les Redmen de l’Université McGill en match d’ouverture de sa saison 2014 et répètera l’opération le samedi 18 octobre à Montréal.

Le samedi 25 octobre prochain, le Vert & Or affrontera pour une deuxième fois cette année les Stingers de l’Université Concordia. Après s’être inclinée 22-29, la troupe de David Lessard tentera d’obtenir sa revanche. Selon les règles de bris d’égalité, le Vert & Or devra battre les représentants de Concordia par plus de 8 points pour passer du 4e rang au 3e rang. Les Stingers ont surpris la ligue cette année et connaissent une très bonne saison, considérant qu’ils étaient bons derniers au classement en 2013 avec zéro victoire. L’arrivée d’un nouvel entraîneur-chef y serait pour beaucoup. Bref, gros match. La bonne nouvelle est que nous aurons l’avantage du terrain.

Sur ce, mesdames, ne vous laissez pas déconcentrer par le suit de lycra. Le 25 octobre, c’est le jeu qu’il faudra regarder!

Partager cette publication