Par Mireille Vachon

Le Tremplin 16-30 et l’équipe de la série documentaire Mon Centro ont lancé le 28 octobre dernier la campagne de sociofinancement « Mon Centro, une communauté vivante ». Celle-ci permettra aux jeunes de 16 à 30 ans de revitaliser leur milieu tout en se réappropriant le centre-ville de Sherbrooke grâce à des « laboratoires vivants », qui se dérouleront aux quatre coins du Centro.

Les réalisateurs de la série Mon Centro, Jean-François Vachon et Jean-Sébastien Dutil, ont approché l’organisme le Tremplin pour distribuer leur série de six épisodes, car ils voulaient « offrir les profits pour dynamiser le centre-ville en cette période difficile ».

« Nous sommes particulièrement concernés par l’intégration des jeunes, et le projet nous permettra de mettre à profit leur créativité et de leur donner un pouvoir d’agir dans le développement du Centro », explique Francis Poulin, directeur du Tremplin 16-30, par voie de communiqué.

« On a vraiment comme préoccupation d’offrir le plus d’opportunités possible aux gens de s’impliquer dans l’idéation, les discussions et le design de notre centre-ville. On voit aller le développement du Centro, et les jeunes ne sont pas nécessairement toujours représentés dans ce développement-là, alors c’est une belle occasion de construire là-dessus », indique M. Poulin en entrevue téléphonique.

Chaque participant sera jumelé avec un artiste de la région dans le cadre de sept « laboratoires vivants », c’est-à-dire des espaces d’échange et de cocréation, qui débuteront dès la fin de 2020 et se poursuivront jusqu’à l’automne 2021.

Qu’est-ce qu’un laboratoire vivant, plus précisément ? « C’est de travailler en mixité, de rassembler toutes sortes d’intelligence pour que chacun puisse contribuer à trouver des solutions et à améliorer son milieu de vie », explique Milène Richer, chargée de projets, dans une vidéo promotionnelle.

« Ce n’est pas le Tremplin qui définira les moyens d’action et les thématiques abordées à l’avance, précise Francis Poulin, mais bien les labos eux-mêmes qui vont s’activer une fois en action. »

Soutenir le projet

L’objectif de la campagne, qui se déroule sur la plateforme La Ruche, est d’amasser 10 000 $ auprès de la population. Si cet objectif est atteint, le montant sera doublé par le Fonds Mille et UN pour la jeunesse, et le Fond Alvéole de Commerce Sherbrooke offrira quant à lui 2750 $.

Le fonctionnement est très simple : plusieurs contreparties, comme les six épisodes de la série Mon Centro, une conférence-atelier en ligne donnée par Manu Militari, des chèques-cadeaux des commerçants locaux, un t-shirt avec le logo de la série et bien plus, seront remises en échange de contributions monétaires.

L’engouement pour le projet se fait déjà sentir dans la collectivité : une vingtaine de commerçants ont appuyé le projet jusqu’à maintenant en offrant des chèques-cadeaux, et la Ville de Sherbrooke a déjà accordé une subvention pour trois des laboratoires qui auront lieu dans le quartier Well Sud.

« On veut démontrer qu’on peut être un levier dans le développement communautaire, et on va tenter de créer des espaces de mixité où pas mal tout le monde va se retrouver dans notre humanisme », termine Francis Poulin, qui invite également les gens à être généreux envers le projet.

Pour contribuer à la campagne, c’est par ici : laruchequebec.com/mon-centro.


Crédit Photo @ Jean-Sébastien Dutil

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *