L’espoir médical des polymères d’une étudiante de l’UdeS

Par Mai Lie Caya

L’Université de Sherbrooke compte parmi sa communauté une étudiante en chimie des polymères. La doctorante Amélie Auger mène une recherche sur les polymères thermosensibles depuis maintenant deux ans et demi. Sa recherche s’inscrit dans le domaine biomédical, dont la percée permettrait l’amélioration des chimiothérapies.

Un nouveau traitement contre le cancer

Le but de la recherche d’Amélie Auger mise sur une libération contrôlée de principe actif, substance thérapeutique contenue dans un médicament. Grâce à cette propriété, les substances chimiques ne seraient libérées que lorsqu’elles seraient en présence de cellules malades. Avec l’aide des nanoparticules composées de polymères, les substances chimiques thérapeutiques sont protégées contre une dégradation précoce du médicament. De la même façon que les polymères des vêtements sportifs s’adaptent à la chaleur du corps pour en libérer l’énergie thermique, les polymères des médicaments réagiraient à la chaleur pour libérer les substances chimiques thérapeutiques. Ainsi, ce nouveau traitement des pathologies cancéreuses contribuerait à l’efficacité du médicament administré aux patients en proposant l’emploi des systèmes nanoparticulaires composés de polymères afin d’atténuer les effets secondaires des chimiothérapies.

Les polymères dans le domaine médical

Un polymère est une grosse molécule composée d’un enchainement de monomères. Amélie Auger illustre l’assemblage des polymères tel un collier de perles où chaque unité serait en fait un monomère. Par exemple, la matière plastique, la colle, la peinture et même les résines figurent comme les polymères les plus connus. La doctorante en chimie s’intéresse davantage à la particularité thermosensible des polymères. Les polymères ont la capacité de modifier leurs propriétés lorsque la température change. Ces macromolécules, lorsqu’elles sont exposées à une source de chaleur, gonflent et leur surface devient plus poreuse.

Sous la direction du professeur de recherche Yue Zao, Amélie Auger mène une recherche dont l’aboutissement contribuerait à une avancée médicale des traitements du cancer. En effet, Amélie Auger s’intéresse aux systèmes nanoparticulaires composés de polymères afin d’optimiser le traitement de pathologies cancéreuses.  Ce traitement demeure pénible et douloureux pour les patients atteints du cancer. Le médicament administré aux patients pour neutraliser leur maladie affaiblit l’ensemble de leur système. Les substances chimiques ne s’attaquent pas seulement aux cellules malades, mais bien à toutes les cellules du corps. Amélie Auger conduit ainsi une recherche dont l’objectif est de remédier aux résultats ravageurs des chimiothérapies grâce à la fonctionnalité des nanoparticules à base de polymères.

Les polymères dans l’industrie du textile

La thermosensibilité des polymères est d’ailleurs exploitée par l’industrie du textile dans la conception des vêtements de sport. La marque de vêtements sportifs Columbia, avec sa collection Omi-Freeze Zero, emploie la chimie des polymères dans la composante de son matériel à des fins d’aération. En effet, c’est grâce à la thermosensibilité du polymère que le vêtement peut respirer et procurer aux sportifs un sentiment de fraicheur. Dès que les macromolécules du matériel entrent en contact avec une source de chaleur, les pores de la surface des polymères s’étendent, permettant ainsi la libération de l’énergie.


Crédit Photo @ Université de Sherbrooke

Partager cette publication