L’été fait son cinéma

On s’entend bien, l’été n’est pas forcément la meilleure saison pour aller au cinéma, très peu de sorties programmées, une période de l’année où il fait mieux de profiter de la vie en plein air. Pourtant, entre les journées pluvieuses et celles trop chaudes pour tenir à l’extérieur, l’option d’aller nous détendre au cinéma peut avoir de l’allure. D’autant plus que pour cet été, les sorties à venir sont loin d’être dénuées d’intérêt. Aperçu de la programmation estivale dans les cinémas québécois.

Par Benjamin Le Bonniec

 Page 14 - Benjamin - Southpaw-Antoine FuquaLA sortie de l’été // Southpaw d’Antoine Fuqua

Fin mars, la sortie du trailer faisait l’effet d’une bombe. On y trouvait un Jake Gyllenhaal (préféré à Eminem) totalement méconnaissable, agressif et transcendé dans un combat sur le ring et dans la vie. Le dernier film d’Antoine Fuqua (Training Days) met en scène l’histoire épique du boxeur Billy the great Hope qui, à la suite d’un âpre combat sur fond de triche, perd l’usage d’un œil. Plus que le film, c’est la performance de l’acteur oscarisé pour son rôle dans Brokeback Mountain qui fera l’objet d’une attention particulière. Coup de cœur!

En salles le 31 juillet 2015

Les incontournables //

Page 14 - benjamin - Saint Laurent de Philippe Bonello1) Saint Laurent de Philippe Bonello

À travers une fresque enivrante, fascinante et presque macabre, Bonello nous transporte dans les tourments et les frasques du célèbre grand couturier Yves Saint-Laurent. C’est dans une ambiance proustienne que se déroule le feu de l’action, un Saint-Laurent campé dans le rôle de Swan étant grand mondain, mais surtout handicapé social. On est loin du biopic traditionnel, le réalisateur de L’Appolonide, souvenirs d’une maison close s’engouffrant plutôt dans l’exploration d’une vie intérieure déconcertante, mais à l’envolée dansante et lyrique. Les amateurs de Brian de Palma verront que Bonello est passé maître dans une utilisation époustouflante du split-screen. Inspirant!

En salles le 22 mai 2015

Page 14 - benjamin - 2) Mad Max- Fury road de Georges Miller2) Mad Max: Fury road de Georges Miller

Avec des bandes-annonces alléchantes et projetées lors du dernier Festival de Cannes, le quatrième opus de la saga culte Mad Max annonce le retour 20 ans après du personnage de Max Rockatansky, ancien policier de la route. Dans un monde postapocalyptique dévasté où s’affrontent gangs de motards, sectes et clans de cannibales, Max (joué par l’impressionnant Tom Hardy à la place de Mel Gibson) trouvera sur sa route Furiosa (Charlize Theron), s’il veut survivre à l’enfer d’une traque frénétique. Assurément un blockbuster de qualité au casting alléchant qui enthousiasmera les fans de la saga.

En salles le 15 mai 2015

Page 14 - benjamin - Tristesse Club de Vincent MarietteLa surprise // Tristesse Club de Vincent Mariette

Rien ne prédestinait ce buddy-movie inventif et drôle à traverser l’Atlantique, un an après sa sortie en France. Pourtant, le succès critique et populaire dans le paysage du cinéma d’auteur a fait son chemin. Vincent Mariette s’inscrit ainsi dans la lignée d’une jeune génération de cinéastes (Guillaume Brac, Justine Triet) révolutionnant le cinéma français et mis en lumière par Les Cahiers du cinéma (avril 2013). Vincent Macaigne, figure de proue de ce renouveau, tient l’affiche avec Laurent Lafitte dans une comédie aux allures seventies où les deux personnages a priori antagonistes s’associeront pour retrouver la trace d’un père disparu mystérieusement. Un comique exaltant!

En salles le 10 juillet 2015

Page 14 - benjamin - Le Mirage de Ricardo Trogi - credit tvanouvelles.caLe sortie québécoise de l’été // Le Mirage de Ricardo Trogi

Premier scénario entièrement écrit par Louis Morissette, le film québécois attendu de l’été nous conte l’histoire de Patrick, un homme en quête de bonheur dans un monde sous l’emprise de la société de consommation. Le mirage apparaît être celui de cet homme se demandant « après quoi on court? ». Le réalisateur Ricardo Trogi reprend cette veine autobiographique qui le caractérise, comme dans son dernier film 1987 (film le plus populaire de l’année 2014), pour dépeindre une société dupée par le capitalisme ambiant. Une comédie sombre sans autre prétention que celle de nous montrer ce que l’on sait déjà, mais on peut faire confiance à Trogi, un des hommes les plus polyvalents et les plus prolifiques de la scène québécoise.

Sortie en salles le 31 juillet 2015

Partager cette publication