Levée de l’interdiction de stationnement dans les rues l’hiver

Par Martine Dallaire

Sauf avis contraire, le stationnement de nuit sera permis dans les rues de Sherbrooke pour toute la saison hivernale, et ce, à compter du 15 novembre prochain.

C’est en raison du fait que l'hiver a tendance à se pointer plus tardivement depuis plusieurs années que la Ville de Sherbrooke s'est inspirée de ses homologues trifluvienne et gatinoise pour amender son règlement. En effet, lors de la dernière séance du conseil municipal du 4 juin, la Ville a requis un amendement au règlement numéro 1 afin d'autoriser le stationnement nocturne de manière quotidienne. Cette rectification de la loi vise à abolir l'interdiction empêchant tout stationnement de nuit du 15 novembre au 31 mars.

La nouvelle risque d’être bien accueillie par les automobilistes. Cependant, certaines conditions s’appliqueront pour bénéficier du droit au stationnement de nuit. Aussi, il ne devra pas y avoir d'opérations de déneigement prévues.  Les autorités estiment que les citoyens et citoyennes devront faire leur part et ne pas se fier uniquement aux prévisions météorologiques. Il y a des opérations d’enlèvement de neige que les équipes de la voirie ne font pas pendant une opération de tassement. Alors, elles doivent le faire lorsqu’il n’y a pas de précipitations, d’où l’importance de demeurer à l’affût.  Les citoyens et citoyennes sont invités à consulter soit le site web de la Ville soit la page Facebook municipale, ou encore, l'application mobile B-CITI, une application qui sera mise à jour quotidiennement dès 16 h.

Cette initiative se veut une continuité du travail amorcé il a deux ans, alors que la Ville de Sherbrooke offrait à ses citoyens et citoyennes certaines levées de l'interdiction de stationnement nocturne dans la rue. Ces levées visaient notamment la période stratégique du temps des Fêtes et les périodes de début et de fin de saison hivernale, soit la période du 15 novembre au 15 décembre ainsi que celle du 15 au 31 mars, en raison du faible taux de précipitations. Cette mesure avait permis de réduire le nombre de constats d’infraction d’environ 18 %, alors que le nombre de remorquages nécessaires avait, quant à lui, connu une baisse de 12 % lors des opérations de déneigement. Les résultats obtenus lors de ce projet pilote ont convaincu la Ville d'aller de l'avant avec la modification de sa réglementation.

Il est à noter qu’en raison des nombreuses possibilités de s’informer, les automobilistes qui seront pris en défaut seront passibles d’une amende supérieure à celle des 35 $ qu'il en coûtait pour la même contravention au règlement lors des hivers précédents. Le montant de l’amende n’a pas encore été déterminé pour le moment.

Partager cette publication