Par Alexis Lemieux-Lepage

L’adaptation au Brésil après deux mois

Pour être dépaysant, le Brésil l’est! Les premières semaines ont été éprouvantes pour différentes raisons (nouveau mode de vie, environnement, culture, langue différente, adaptation physique, etc.). Cependant, les choses se sont faites naturellement, et après deux mois passés à Rio, je me considérais presque comme un Carioca moi aussi (même si j’étais encore tout blanc grâce à ma crème solaire 60). Loin de pouvoir entretenir de longues conversations en portugais, je me débrouillais assez bien pour mener la plupart de mes activités en interaction avec des Brésiliens (un peu plus pour parler que pour comprendre, où ma copine Sara se débrouillait bien). Mes bases d’espagnol m’ont également été bien utiles pour me faire comprendre alors que le portugais recèle de plusieurs similitudes avec cette langue. Généralement, les Brésiliens sont très chaleureux et toujours prêts à aider, ce qui a rendu notre séjour encore plus agréable.

Déménagement pour le mieux

Vivre dans la famille brésilienne ne nous convenait plus après deux mois. Même dès le début, il y avait plusieurs irritants qui nous ennuyaient (éloignement, coût élevé, calme/bruit, quartier, etc.). Il est important de prendre un logement près de l’université avant tout, car les déplacements sont difficiles à Rio avec des embouteillages monstres parfois. Le quartier de Copacabana où nous résidions était intéressant, quoique très animé et relativement loin de notre université (PUC-RIO). Nous avons donc décidé de déménager avec un ami dans un bel appartement de Leblon, un des meilleurs quartiers de Rio, très sécuritaire, calme, et à quelques minutes à pieds de l’Université pontificale catholique de Rio de Janeiro. Pour 300 réaux de moins par mois par personne (100 CAD), on avait un joli et grand appartement à 10 minutes à pieds de notre université et à 10 minutes de la plage Leblon (un autre beau coin pour les touristes). On avait toutes les commodités d’un appartement moderne à proximité de plusieurs bons restaurants (comme Academia Cachaça où les repas et les consommations sont délicieux et abordables). On avait aussi un centre d’achat à 5 minutes, de nombreux commerces et de grandes épiceries à proximité.

Vivre dans une famille étrangère peut être fort en belles expériences, mais ce n’est pas toujours de tout repos. Nous avions plusieurs amis qui ont éprouvé certains irritants avec leur famille d’accueil. Généralement, je pense que ce type d’expérience est formateur et rafraichissant pour les deux partis. Mais dans certains cas, les familles sont contrôlantes et menacent un peu l’intimité de leurs hôtes. Je pense qu’il peut être optimal de l’essayer un mois pour savoir si cela nous plait, tout en avertissant la famille de sa volonté de quitter au besoin. Pour vivre pleinement l’expérience d’échange, je pense qu’il vaut mieux se magasiner un appartement ou un Airbnb, car on a ainsi beaucoup plus de liberté et on ne dépend de personne.


Crédit Photo @ Trip Advisor

Archives

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *