L’indécision vocationnelle

Par Samuel Leblanc

On vante sans cesse la mentalité du moment présent. Pourtant, pour nous, étudiants et futurs travailleurs, le système en place semble fonctionner tout autrement.

Trop jeune

Choisir une carrière est pour certains une décision ardue. Alors que nous sommes encore adolescents et que nous sommes toujours en train de forger notre personnalité, le système nous oblige à choisir des cours qui auront une influence directe sur nos orientations futures. Suivre le cours de mathématiques fortes ou pas? Au moment de la décision, cela semble banal, mais quelques années plus tard, ces choix faits à la légère se font regretter. Notre personnalité et nos goûts changent perpétuellement. Si l’on fait l’erreur, et ce, dès le secondaire, de ne pas suivre un cours dont on aura finalement besoin, on se voit dans l’obligation de rebrousser chemin lors de notre parcours scolaire. Pour plusieurs personnes, changer de domaine devient complexe. Plusieurs n’y songent tout simplement pas et s’enfoncent dans un champ d’études qui leur convient plus ou moins.

Par contre, ces décisions prises à un âge très jeune ne sont pas seulement de notre faute. La responsabilité revient également aux établissements qui possèdent un très petit nombre de conseillers en orientation disponibles. Aussi, ces derniers sont-ils outillés pour répondre aux questions d’un futur chimiste jusqu’à celles d’une aspirante danseuse? À l’âge où nous nous cherchons le plus, personne ne vient nous trouver. Les ressources font défaut.

Je veux, donc je peux

Au moment de l’adolescence, nous sommes habités, dans une certaine mesure, par un sentiment d’invincibilité. Nous avons tendance à croire que le monde nous appartient et que toutes les portes du marché de l’emploi s’ouvriront à nous au moment venu, mais la réalité est tout autre. Certains champs d’études choisis par les jeunes peuvent être attrayants sans toutefois comporter de nombreux débouchés. La loi de l’offre et de la demande a alors raison d’eux, et plusieurs diplômés se retrouvent à exercer un emploi plus ou moins connexe à leurs études. À la suite de cette prise de conscience, nombreux sont ceux qui laissent leurs rêves de côté ou retournent sur les bancs d’école : retour à la case départ.

Possibilités infinies 

Aujourd’hui, plus qu’à n’importe quelle époque, nous avons l’embarras du choix. Tout est possible. On nous pose la question : que veux-tu faire dans la vie? Les institutions scolaires nous donnent la possibilité de suivre n’importe quel chemin. Devant toutes ces options, il y a de quoi se sentir étourdi! Il faut alors se poser la question : est-ce que cette profession est réellement ce que j’aimerais faire ou est-ce qu’autre chose me conviendrait mieux? Certains craignent de ne pas connaître l’ensemble des possibilités. Ils se tournent alors vers l’orienteuse ou l’orienteur, mais malheur : cette personne est seule et la file d’attente est déjà longue…

Comment s’en sortir?

Que faire alors? Comment être certains que nous sommes dans la bonne direction? Premièrement, il faut voir l’envers de la médaille d’un très grand nombre de possibilités de professions. Cette variété de possibilités comporte très probablement un choix qui nous convient. Il suffit d’en choisir une. Ensuite, il faut utiliser les ressources d’orientation si l’on ressent le besoin. Aller voir un conseiller en orientation malgré les délais d’attente peut tout de même s’avérer le moyen le plus rapide de trouver notre voie. Il vaut mieux suivre un chemin en courbe ou attendre un peu avant de s’engager que d’avoir à faire demi-tour à mi-parcours. Faisons la file.

Finalement, il faut avoir une vision réaliste des possibilités que notre champ d’études apporte. Il faut aller voir le milieu de travail en soi, s’informer sur le taux de placement et les tâches concrètes dont il sera question lors de l’obtention de notre diplôme. Avoir une idée précise de la situation de notre futur emploi peut nous éviter de mauvaises surprises une fois nos études terminées. Prenez une décision éclairée : vous avez le choix.

Partager cette publication