Lisa Leblanc de passage à Sherbrooke - Critique de son plus récent album et de son spectacle au Théâtre Granada

Par Alexandre Dumas-Gingras

Lisa Leblanc est une des artistes les plus rafraîchissantes et originales ayant marqué le paysage musical québécois depuis la parution de son premier album intitulé Lisa Leblanc à l’hiver 2012. Dès lors, c’est une véritable découverte, c’est un album qui donne le ton, notamment avec le succès retentissant de la pièce « Ma vie c’est d’la marde ». Depuis, l’artiste parcourt le Québec, allant même jusqu’à donner des représentations sur le vieux continent. Son « trash folk » bien singulier et particulier ne laisse personne indifférent. Bien que son mini-album intitulé Highways, Heartaches and Times Well Wasted, uniquement en anglais et acclamé par la critique, a su faire patienter ses fans, Why You Wanna Leave Runaway Queen? s’agit de son premier album en près de quatre ans. Il s’inscrit dans la suite logique du développement musical de la jeune artiste originaire de Rosaireville au Nouveau-Brunswick, et c’est au Théâtre Granada que l’artiste donnait rendez-vous à ses fans de Sherbrooke, pour le présenter.

Critique de Why You Wanna Leave Runaway Queen?

Lisa Leblanc a une réputation à défendre et des attentes à combler. Depuis la sortie de son mini-album en 2014, on comprend que ses nombreux road trips au sud des États-Unis auront permis à la jeune artiste de maîtriser encore plus ses influences cajuns. Œuvrant maintenant principalement dans la langue de Shakespeare, son plus récent album, tout frais de sa parution le mois dernier, fait état d’une artiste qui est au sommet de son art. Des chansons telles que « Could You Wait ‘Til I’ve Had My Coffee? » et « I Love You, I Don’t Love You, I Don’t Know » sont probablement les pièces maîtresses de l’album. Il s’agit d’un album très accrocheur dans l’ensemble et qu’on aime dès la première écoute. La voix de Lisa peut aussi bien se mêler à des ballades telles que « Why Does It Feel So Lonely (When You Are Around?) » qu’à des chansons avec plus d’aplomb et où le banjo de la jeune artiste se fait bien entendre. Belle surprise pour les amateurs de vieux rock ‘n roll, on retrouve également une reprise du célèbre groupe Motörhead et du défunt Lemmy avec la pièce « Ace of Spades ». Somme toute, c’est un album à se procurer si vous êtes un admirateur de la jeune Néo-Brunswickoise.

Son spectacle au Granada

C’est donc une foule chaleureuse qui attendait de pied ferme Lisa Leblanc en ce vendredi 28 octobre au Théâtre Granada. En regardant la foule, on constate que l’artiste a touché plus d’une génération avec sa musique. Tout au long du spectacle, elle a su marier ballades et chansons plus rythmées. En passant par son premier album jusqu’au plus récent, Lisa Leblanc, accompagnée de ses talentueux musiciens, aura réussi à plaire aux amateurs.

Le moment fort de la soirée s’est déroulé lors du rappel, alors que la jeune artiste a interprété la très attendue « Ma vie c’est d’la marde ». C’est une foule particulièrement bruyante qui chantait avec Lisa, alors seule au banjo, avec ses musiciens et l’excellent groupe de première partie, Les Deuxluxes, en guise de chorale. La Néo-Brunswickoise a tenu à remercier la foule sherbrookoise pour sa participation et son amour, c’est une Lisa Leblanc visiblement touchée qui a ensuite quitté la scène.


Crédit photo © Voir

Partager cette publication