LSU rafle les grands honneurs : quatre points à retenir

Par Jean-François Eddie

Les Tigres de l’Université d’État de Louisiane (LSU) ont remporté le championnat national de football universitaire américain par la marque de 42-25 face aux Tigres de Clemson, lundi dernier à La Nouvelle-Orléans. Joe Burrow a livré un spectacle historique, complétant 31 passes pour 463 verges et 6 touchés contre l’une des meilleures défenses de la ligue.

Au début de la saison 2019, LSU était une équipe parsemée d’incertitudes. Un nouveau quart-arrière, un entraineur-chef discutable, mais surtout une compétition féroce au sein de la conférence sud-est : Alabama (11-2), Géorgie (12-2), Auburn (9-4) et Floride (11-2). Lorsque les joueurs de la LSU ont appris que le championnat national se déroulerait à La Nouvelle-Orléans, soit à environ 125 kilomètres de leur campus, ils se sont fait une promesse : soulever la coupe en janvier 2020.

Dès le début de leur campagne contre l’Université du Texas, Joe Burrow a démantelé la défense des Longhorns dans une victoire des siens à 45-38. C’est à ce moment que les adeptes comme les analystes du sport ont compris que les joueurs de la LSU ne plaisantaient pas. Avançons à janvier 2020… l’équipe de Baton Rouge a une fiche parfaite de 15 victoires et 0 défaite, le meilleur quart-arrière de la ligue et un entraineur-chef qui soulève la coupe. À la suite d’une performance sans faute contre Clemson, LSU est sacrée champion de la ligue pour la première fois depuis 2007. Voici cinq points marquants de cette soirée historique.

Plus personne ne remet en question Orgeron

La décision de prolonger le contrat de l’entraineur-chef de l’équipe, Ed Orgeron jusqu’en 2022 l’année dernière a été reçue avec peu d’enthousiasme de la part des admirateurs de la LSU. À la suite d’une saison 2018 décevante se soldant par la fiche de 10 victoires et 3 défaites, les dirigeants de formation louisianaise avaient toutefois pris la décision de miser sur Orgeron. Comme de fait, ils ont touché le jackpot.

Il affiche aujourd’hui le dossier de 40 victoires et 9 défaites, incluant une fiche de 25 victoires et 3 défaites lors des deux dernières saisons à la barre de l’équipe. L’entraineur-chef et LSU semblent être le mariage parfait : issue d’une famille cajun et ayant grandi dans le village de Bayou Lafourche en Louisiane, Ed Orgeron coche toutes les cases pour être à la tête de la LSU. En surplombant Clemson, ce Louisianais s’impose désormais comme l’un des meilleurs entraineurs de la ligue.

La meilleure attaque dans l’histoire du football universitaire

Une fois le temps écoulé au cadran, les nombreux experts et analystes de football collégial ont pris les ondes d’assauts. Une chose était sur toutes les lèvres : venait-on tout juste d’assister à la plus grande offensive dans l’histoire du football universitaire? Les chiffres portent à croire que cette saison parfaite sera difficilement révocable. Trouvez ci-dessous un échantillon de certains records établis par les Tigres de la LSU la saison dernière.

Burrow a établi le record du plus grand nombre de touchés par un joueur en une seule saison; la LSU est la première équipe de l’histoire de la conférence sud-est à s’imposer 15-0 en une saison; Burrow a établi le record du plus grand nombre de passes de touchés en une seule saison (60); Burrow a établi le record du plus grand nombre de verges par la passe en deux matchs éliminatoires (956); Ja’Maar Chase a enregistré le plus grand nombre de verges de réception dans un match de championnat national de la BCS (221); Burrow a lancé le plus grand nombre de touchés dans un match de championnat national de la BCS (6); …

La liste est longue. Toutefois, un record se détache des autres. Ces performances historiques de Joe Burrow et de Ja’Maar Chase font de la LSU l’équipe ayant marqué le plus grand nombre de points dans une saison de football universitaire avec 726, soit trois points de plus que les 723 de l’État de Floride en 2013. Mais encore, lorsque l’on considère les diverses équipes que les Tigres ont surplombées durant cette saison parfaite (No. 3 Clemson, No. 4 Oklahoma, No. 5 Géorgie, No. 9 Floride, No. 12 Auburn et No. 13 Alabama) … la saison 2019 de la LSU est peut-être la meilleure de tous les temps.

Une éjection fait mal à Clemson

Alors que le match était toujours à la portée de Clemson, un des secondeurs de l’équipe, James Skalski, a baissé la tête avant d’initier un contact sur le casque du receveur de la LSU, Justin Jefferson. Dans le but de protéger ses athlètes, la ligue de football collégiale américaine expulse tout joueur trouvé coupable d’initier le contact avec la couronne du casque. Après une reprise vidéo peu convaincante, les officiels ont maintenu la pénalité et Skalski, le leader de la défense, a été envoyé au vestiaire.

Un jeu plus tard, Burrow décochait une passe parfaite à Thaddeus Moss (fils de Randy) pour 6 points. Bien que l’expulsion n’ait pas déterminé l’issue du match, ç’a été un dur coup à l’élan de Clemson. De fait, Skalski agissait un peu comme le «quart-arrière défensif», relatant les jeux à ses coéquipiers. Au moment de l’expulsion, le secondeur avait enregistré cinq plaquages et un sac du quart.

La fin de l’hégémonie Clemson — Alabama?

Les Tigres de Clemson et la Crimson Tide d’Alabama dominent la ligue. Depuis 2016, un des deux géants a pris part à chacune des finales du championnat national, remportant 2 victoires chacun (2016 — Alabama; 2017 — Clemson; 2018 — Alabama; 2019 — Clemson). Toutefois, un nouveau programme se hisse désormais aux côtés des deux goliaths. La LSU apporte un vent de fraicheur et prouve une fois encore qu’il ne faut pas sous-estimer les Tigres.

Malgré les confettis, la fin de la saison 2020 marque le début d’une période déchirante pour l’équipe de Baton Rouge. En effet, plusieurs de ses joueurs vont désormais attacher leurs crampons le dimanche : le quart-arrière Joe Burrow, le receveur Justin Jefferson, le centre Lloyd Cyshenberry III, le demi de sûreté Grant Delpit, le secondeur Patrick Queen et plusieurs autres joueurs se sont déclarés qualifiés pour le repêchage de la Ligue nationale de Football (NFL). Ces pertes majeures quittent toutefois le football collégial la tête haute et avec des performances historiques à leur curriculum vitae.


Crédit Photo @ LSU Sports

Partager cette publication

Laisser une réponse