L’UdeS intègre un nouveau programme de doctorat en sciences de l’activité physique

Par Dorian Paterne Mouketou

Un nouveau programme de doctorat en sciences de l’activité physique verra le jour à l’Université de Sherbrooke. Telle est l’annonce conjointe faite le 30 juillet dernier par le Gouvernement du Québec et l’Université de Sherbrooke.

L’annonce a été faite par le ministre de la Famille, ministre responsable de la région de l’Estrie et député de Sherbrooke, M. Luc Fortin, au nom de sa collègue Hélène David, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Condition féminine.

Pour répondre aux besoins de la population

Les instigateurs de ce nouveau programme croient plus que jamais que la sédentarité, la prévention des maladies et la santé au travail créent une demande de services professionnels. C’est dans ce sens que de nouveaux postes en enseignement dans le domaine des sciences de l’activité physique seront créés dans les prochaines années.

« Compte tenu du vieillissement de la population ainsi que des bienfaits qui découlent de l’adoption de saines habitudes de vie et d’un mode de vie physiquement actif, un tel programme est plus que nécessaire. Il s’agit d’un domaine où plusieurs postes seront à pourvoir dans les prochaines années », a déclaré dans un communiqué de presse Luc Fortin, ministre de la Famille, ministre responsable de la région de l’Estrie et député de Sherbrooke. « Il importe donc de former une main-d’œuvre qualifiée de qualité. C’est exactement ce que ce programme permettra, au plus grand bénéfice de la population du Québec. Je me réjouis pour le personnel enseignant de même que pour les futurs étudiants qui profiteront de ce nouveau programme », a complété Luc Fortin.

Le gouvernement entend donc répondre aux besoins de la population et du milieu professionnel. « Grâce à ce nouveau programme, les futurs étudiants pourront maîtriser des pratiques d’intervention exemplaires et des compétences de haut niveau » : tel est le but que se sont fixé les ministres et l’Université de Sherbrooke.

« L’expertise des professeurs, la qualité et la diversité des activités de recherche du département ainsi que les plateformes de recherche de l’Université de Sherbrooke offrent un environnement riche de possibilités pour les futurs doctorants en sciences de l’activité physique. »

-          Hélène David, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Condition féminine.

Pour former de nouveaux chercheurs

Selon le député de Sherbrooke, c’est un programme dont l’objectif premier est de former des chercheurs qui contribueront au développement des connaissances en sciences de l’activité physique. L’Université de Sherbrooke, riche de son approche interdisciplinaire, veut intégrer dans ce programme la recherche fondamentale, appliquée et éducationnelle. Les étudiantes et étudiants de l’UdeS pourront enfin s’inscrire au doctorat en sciences de l’activité physique à partir de l’automne 2018.

« L’expertise des professeurs, la qualité et la diversité des activités de recherche du département ainsi que les plateformes de recherche de l’Université de Sherbrooke offrent un environnement riche de possibilités pour les futurs doctorants en sciences de l’activité physique. Et puisqu’il y a un fort intérêt pour ce domaine d’études, la mise sur pied de ce programme s’imposait. L’Université de Sherbrooke forme depuis plusieurs années une relève de qualité dans plusieurs domaines, et celui-ci ne fera pas exception », a, quant à elle, déclaré Hélène David, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Condition féminine.

Le programme en bref

Le nouveau programme de doctorat qui veut s’inscrire dans la tradition interdisciplinaire de l’Université veut combiner différents aspects de la recherche dans le domaine de l’activité physique. Il entend notamment mettre en relation les sciences fondamentales et les sciences humaines sur des thèmes tels que l’intervention éducative (activité physique et autres saines habitudes de vie), la neuro-mécanique et l’ergonomie, ou encore la kinésiologie, la santé et le vieillissement.

Le programme comprendra 90 crédits, dont 84 seront des activités pédagogiques obligatoires et 6 des cours d’enrichissement. La répartition sera la suivante : 9 crédits de séminaire et de cours de méthodologie de la recherche, 75 crédits d’activités pédagogiques liées à la thèse, 3 crédits d’activités pédagogiques à option et 3 crédits d’activités pédagogiques au choix.

Le nouveau programme de doctorat en sciences de l’activité physique est le premier au Québec à faire de l’approche interdisciplinaire une finalité de formation. L’Université de Sherbrooke entend octroyer une bourse progressive à tous les étudiants et étudiantes inscrits au programme. Le nouveau doctorat sera en plus associé au plus important Centre de recherche sur le vieillissement au Canada, qui se trouve en Estrie.

Ce nouveau programme s’insère dans la tradition d’excellence de l’Université de Sherbrooke qui compte une Clinique universitaire de kinésiologie. Cette clinique-école est à la fois un lieu de formation et de recherche pour les membres étudiants inscrits à la Faculté des sciences de l’activité physique. La communauté universitaire et la population estrienne font partie de la clientèle bénéficiant des soins de la clinique. Les candidats au programme de doctorat pourront donc compter sur un enseignement axé sur la formation pratique et la recherche en clinique.

Légende photo : Les boursiers et les boursières du 2e cycle de la Faculté des sciences de l’activité physique ont été récompensés pour leur excellence et leur engagement en 2017.

Partager cette publication

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.