Ludovick Bourgeois accueilli chaleureusement au Centre culturel de l’UdeS

Par Mariève Bégin

Le mardi 5 juin dernier, Ludovick Bourgeois était de passage à Sherbrooke et présentait son tout premier spectacle à la salle Maurice-O'Bready. Le public présent était pour le moins hétéroclite, regroupant des enfants, des étudiants et des personnes âgées, hommes et femmes. Qu’importe l’âge, il est difficile de résister à la voix chaude et au sourire charmeur de Ludovick, qui rappelle tant celui de son défunt père, Patrick Bourgeois.

Dès que Ludovick s’est présenté sur scène, on a senti sa timidité, qui le rend si attachant. Simplement vêtu d’une chemise hawaïenne et de jeans troués, il a commencé à gratter sa guitare, et la salle était déjà conquise.

Il faut dire que le niveau du spectacle était relevé par la présence sur scène de trois talentueux musiciens d’expérience : Martin Bachand à la guitare, Jean-François Langevin à la basse et à la voix, ainsi que Maxime Lalanne à la batterie.

Avec son band, Ludovick a évidemment interprété les chansons de son premier album éponyme, dont Sur ton épaule, écrite par Ingrid St-Pierre. La pièce raconte l’épreuve difficile qu’il a vécue en devant laisser partir son père, ce qui n’a pas manqué de l’émouvoir sur scène et de toucher les spectateurs. S’en est suivi, sur un ton beaucoup plus joyeux, un hommage aux BB. Toute la salle s’est levée, question de chanter en chœur et de bouger au rythme du band culte.

Bien entendu, comme l’a souligné le jeune artiste, il n’a qu’un album à son actif, ce pourquoi il s’est permis d’inclure quelques classiques qu’il aime à l’alignement. Il était particulièrement à l’aise dans ces reprises de chansons, allant de Drops of Jupiter à Don't Stop Believin', en passant par Yellow et Summer of '69. Le public a apprécié ces clins d’œil à des hits et il l’a fait sentir par de nombreux cris, qui demandaient parfois à Ludovick de patienter avant de pouvoir reprendre la parole.

Avec sa sincérité, sa tignasse rebelle et sa voix perçante, Ludovick sait comment envoûter une foule. Lui, toutefois, semblait surpris de l’enthousiasme exprimé dans la salle… il a d’ailleurs su la remercier avec deux rappels, qui ont clos la soirée de belle façon, au grand plaisir des spectateurs sherbrookois.


Crédit Photo @ Ludovick Bourgeois

Partager cette publication

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.