Marie-Mai met le feu

marie-maiLes lumières se ferment, la foule crie déjà alors que Marie-Mai fait son entrée sur scène pendant les premières notes de son nouveau hit, Conscience. C’est le début d’un spectacle déjanté et énergique. On ne peut le nier, qu’on aime ou qu’on déteste, elle sait s’y faire pour nous donner un spectacle incroyable.

 

Simon-Pierre Gagnon

Dans le cadre de La Fête du Lac des Nations , vendredi dernier, Marie-Mai est venue mettre le feu à une foule de fans en délire qui attendait son arriver avec impatience. Et elle aussi semblait bien être contente d’être chez nous ! Elle nous a même dit à plusieurs reprises que c’était LE moment de sa tournée qu’elle  chérissait le plus.

Sous le thème de «Dix ans de carrière», elle nous a interprété tous ses plus grands succès, de ses succès récents comme Conscience  ou Indivisible, jusqu’à ses succès d’antan comme Encore une nuit et Il faut que tu t’en ailles. Elle a fini le spectacle en nous interprétant des chansons qu’elle affectionne particulièrement et qui l’inspire beaucoup. C’est lorsqu’on la voit chanter d’une voix parfaite des succès de Beyoncé et de Rihanna que l’on peut voir qu’elle n’a rien à envier, même aux plus grandes pop stars.

Marie-Mai nous avait réservé quelques surprises, comme l’apparition inattendue de Jonas pour chanter en duo sur le morceau Jamais trop tard ou du chanteur latino Boogat pour y interpréter Ne m’écoute pas.

Ce qui est plaisant dans un spectacle comme celui-là, où l’artiste chante une majorité de succès connus et que la foule est constituée de fans, c’est la multitude de voix qui s’élèvent chaque fois qu’une chanson commence. Nous chantions tous en compagnie de l’artiste, ce qui amène une ambiance beaucoup plus agréable.

Marie-Mai nous a montré une très grande synergie entre ses musiciens et elle. Sa complicité entre ses comparses de tournées est belle à voir, ils ont tant de plaisir ensemble et ne se gênent pas pour le montrer.

Ce fût un spectacle incroyable, malgré le peu d’attentes que j’avais.

Et la soirée a été dès le début remplie de surprise. Le groupe Orange O’Clock est venu jouer devant leur plus grosse foule à vie. Je ne connaissais pas ce groupe, qui pourtant vient de nos contrées estriennes. Encore là, je n’avais aucune attente et j’ai été ravi. La prédominance du clavier dans leurs morceaux rend le tout très différent de ce qu’on entend habituellement dans la musique indie. Un band à surveiller dans les années à venir !

Que dire du spectacle grandiose qu’Archangel Fireworks nous a donné. Mêlant musique rock et musique pop, sur le thème de la rédemption, la prestation  a été magistrale du début à la fin.

Comme quoi même un festival à Sherbrooke a de quoi impressionner davantage que plusieurs grands festivals ailleurs en province.

Partager cette publication