Méditation sportive : le cerveau à l’entrainement

Par Claudie Leclerc

Est-il possible d’améliorer sa performance sportive en ne bougeant pas d’un poil? Il s’avère que oui! Le mental chez les athlètes étant puissant, il peut être entrainé pour être en mesure de relaxer afin de mieux se focaliser. Il contribue ainsi à une meilleure performance sportive en compétition. Rencontre avec Amélie Soulard, chargée de cours au département d’éducation physique et psychologue sportive.

Qu’est-ce que la médiation sportive?

Depuis plusieurs années, l’approche traditionnelle de la psychologie sportive se caractérise par la visualisation, l’imagerie mentale et la gestion du stress au travers de stratégie de contrôle des émotions et de stratégie de concentration. Depuis 2010, un nouveau courant émerge : l’approche d’une troisième vague des thérapies cognitivo-comportementales. Le nom semble bien compliqué, mais selon Amélie Soulard, le principe est assez simple à comprendre : « Ce courant est basé sur le développement de la conscience de soi. On ne cherche plus à contrôler et à remplacer les pensées négatives, on les accepte. En étant conscient de ses émotions, de ses pensées et de son corps, on les tolère pour se reconcentrer ensuite. » D’où l’apparition de la méditation au sein du sport. La méditation de pleine conscience est un exercice mental qui consiste à se concentrer sur sa respiration et à la présence de son corps dans le moment présent et dans l’espace.

La place du mental chez le sportif

Encore aujourd’hui, il existe une méconnaissance de la psychologie sportive. Amélie mentionne que « la psychologie sportive est une psychologie positive, ce n’est pas une thérapie. Nous ne faisons pas de traitement, mais plutôt le développement de connaissance et l’enseignement de stratégies. Nous jouons davantage un rôle d’accompagnateur. » La santé mentale demeurant un sujet tabou dans quelques sports et chez certaines personnes, la promotion de celle-ci change peu à peu les choses : « Plus les athlètes de haut niveau s’ouvrent et affirment qu’ils font de la préparation mentale, plus le tabou tombe et les gens s’y intéressent. » Les entraineurs sont de plus en plus informés et conscients de l’importance de la préparation mentale. Selon madame Soulard, la psychologie sportive ne doit pas être exclusive aux meilleurs. Les sportifs amateurs et les sportifs plus jeunes ont intérêt à entrainer leur mental aussi.

Les bienfaits

La méditation régulière chez le sportif permet à celui-ci d’apprendre à entrer dans un état de pleine conscience lors de situations de stress et de situations sous pression, lui permettant d’accepter ses émotions et ses pensées, pour ensuite se concentrer sur sa performance. La méditation aide à améliorer le cycle du sommeil, résultant ainsi une récupération plus rapide. Étonnamment, cet exercice mental permet d’être plus endurant physiquement. La tolérance à la douleur étant améliorée par la méditation, le corps va alors répondre à la demande du mental et ainsi être plus fort physiquement. Plusieurs athlètes olympiques et professionnels vantent les bienfaits de la méditation, dont la National Basketball League (NBA), qui fait d’ailleurs affaire avec des coachs de méditation professionnels pour accompagner ses joueurs.

Vers des résultats concrets

En effet, les résultats ne seront pas visibles du jour au lendemain et l’amélioration des aptitudes psychologiques ne se verra pas qu’en une seule séance : « C’est comme l’entrainement. Si on va à la salle de musculation une fois, il ne se passera rien. Si on y va régulièrement, on va observer des améliorations de la condition physique. C’est la même chose avec l’entrainement mental. » La méditation est donc utilisée comme une technique d’entrainement dans la psychologie sportive, qui, lentement mais surement, fait ses preuves dans le milieu sportif.


Crédit Photo ©  Nautilus

Laisser une réponse