Les meilleures sorties de l’été

Par Thomas Goudreault

La rentrée scolaire est déjà derrière nous, et quoi de mieux que d’accompagner ses sessions d’étude d’un petit peu de musique? Voici un aperçu des dernières sorties d’albums de l’été qui combleront votre curiosité, ainsi que quelques sorties à ne pas manquer cet automne!

Lorde – Melodrama

Après un premier album qui a frappé l’imaginaire et fait le tour du globe, la jeune néo-zélandaise est retournée en studio pour enregistrer son second album. Dès la première écoute, nous nous sentons intimement liés à la chanteuse, qui y dévoile sa vulnérabilité. Après une dure rupture et les réflexions que sa soudaine célébrité a engendrées, il est évident que Lorde est devenue une femme plus mature et sûre d’elle-même. Sa musique folk-pop n’en ressort que plus accomplie.

Disiz la Peste – Pacifique

Après deux années d’absence, Disiz se replonge dans l’univers où il est le plus habile : du rap accompagné de mélodies fluides et de paroles puissantes. Pacifique est le onzième album de l’artiste franco-sénégalais, et son plus achevé selon les critiques et les fans. Malgré son affirmation de quitter le milieu du rap dès 2009, il y plonge ici à pieds joints et n’hésite pas lui-même à l’appeler le seul album dans lequel il est allé « jusqu’au bout ». Avec la participation de Stromae et d’autres artistes, les singles comme Splash sont de qualité et sont une belle porte d’entrée pour les néophytes du rap francophone.

Thomas Azier - Rouge

À 30 ans, le Néerlandais Thomas Azier sort un album contenant autant des mélodies pop et rythmées que des chansons aux harmonies plus douces. Mélange hétéroclite de sonorités électroniques et instrumentales, le titre Gold rappelle vaguement les rythmes disco des années 80, alors que d’autres, comme Winners, rappellent les tonalités de Chet Faker, Keane, ou encore Half Moon Run. Un son original à découvrir.

Queens of the Stone Age – Villains

Le groupe roule sa bosse depuis déjà plusieurs années avec plusieurs albums et des collaborations impressionnantes, comme avec Dave Grohl sur l’album Songs for the Deaf.  Encore une fois, avec la sortie de Villains, le groupe ne délaisse pas ses fans. Josh Homme, le seul membre du groupe à figurer sur tous les albums, compare sa musique à une traduction rock de la musique électronique contemporaine. Cette mentalité du rythme répétitif se retrouve à merveille dans ce nouvel album, comme sur The Way I Used to Do. Avec ce septième album, les cinq Américains de QotSA livrent un album solide, et un autre succès à ajouter à votre collection.

Aliocha – Eleven songs

Avec ce premier album complet, le jeune comédien-compositeur-interprète québécois semble ouvrir une porte vers ses émotions par l’entremise de sa guitare. Aliocha réussit un coup de maitre avec des titres tels que Sarah ou Sorry Eyes, qui s’accompagnent de vidéoclips fantastiques et d’une musique accomplie. Le jeune comédien dit avoir toujours voulu vivre de sa musique et, après avoir écouté son album, je ne peux qu’espérer qu’il réussisse.

Arcade Fire – Everything now

Ce n’est pas surprenant : Arcade Fire nous a encore sorti un album de qualité! Le groupe montréalais a créé un album dansant aux mélodies mémorables et aux sonorités synthétiques, instrumentales et inventives. Ce cinquième album est produit par Thomas Bangalter, de Daft Punk, et l’on y décèle rapidement l’influence pop et électronique de l’artiste. Après Reflektor, ce nouvel opus prouve que le groupe est encore plus à l’aise avec ses nouvelles sonorités électroniques.

Laisser une réponse