Messmer : émotions et réflexions

Par Katrine Joncas

Les spectateurs présents au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke le mercredi 18 avril dernier ont pu être impressionnés par le grand fascinateur, Messmer. Sur place, afin de livrer une performance suscitant des émotions de tous genres, le maître de l’hypnose a fait vivre une soirée intense en rires et en surprises aux gens dans la salle.

À la découverte de la réceptivité

Sous le thème des cinq sens, Messmer a permis aux gens de tester leur réceptivité à l’hypnose, bien qu’il ait répété à quelques reprises que celle-ci évoluait constamment. Dès les premières minutes de la représentation, les gens étaient invités à s’asseoir confortablement, les pieds bien au sol et les mains collées ensemble devant leur visage. Toujours en suivant les indications du fascinateur, ils devaient coller leurs mains le plus possible ensemble pendant que Messmer comptait en insistant sur le fait qu’elles demeureraient collées lorsqu’il arriverait à trois. Suite à cet exercice, trois types de personnes étaient détectées : celles qui étaient en mesure de décoller leurs mains très facilement, celles qui étaient arrivées à les décoller, mais qui avaient rencontré quelques difficultés et finalement, les autres, celles qui n’arrivaient plus du tout à les décoller. Ces dernières, étant les plus réceptives, ont donc été invitées à monter sur scène pour la suite du spectacle qui leur réservait plusieurs surprises.

Joindre l’utile à l’agréable

Après que les volontaires les plus réceptifs aient passé un second test de réceptivité sur scène avec Messmer, celui-ci a commencé à proposer aux participants des mises en scène toutes plus cocasses les unes que les autres, suscitant ainsi des rires aux larmes chez le public. Exerçant un réel pouvoir chez les gens réceptifs, le fascinateur les a fait danser, parler, bouger et il est même allé jusqu’à suspendre dans les airs les deux candidates laissant croire qu’elles étaient complètement effrayées des hauteurs, combinant ainsi le rire à une facette bien utile de l’hypnose : celle de retirer les peurs. En fait, comme l’a expliqué l’expert, à l’aide de quelques séances où le participant sous hypnose est directement confronté à l’une de ses peurs, il est possible de retirer les phobies des gens. Génial, non?

Croire ou ne pas croire?

Bien que le spectacle soit présenté en direct, une once de doute persiste dans l’esprit du public concernant la pratique fascinante qu’est l’hypnose. Les membres du public qui sont hypnotisés semblent si libérés de leur gêne et se laissent tellement manipuler dans les scénarios proposés que la réalité du spectacle présenté en devient presque difficile à croire. Par contre, les individus réceptifs les moins agités sont ceux qui arrivent à camoufler cette incertitude alors que certains d’entre eux s’endorment sous hypnose dans leur siège. L’ensemble de la présentation laisse alors une opinion très partagée dans l’esprit des plus sceptiques du public, suscitant ainsi une réflexion assurée.

Pour plus d’informations concernant les représentations de Messmer ou les spectacles ayant lieu au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke, consultez les sites Web suivants :

https://www.centrecultureludes.ca/billet-spectacle/index.aspx

https://messmer.ca/fr/


Crédit Photo @ messmer.ca

Partager cette publication