Mon Doux Saigneur : complexe simplicité

Par Marie-Emmanuelle Bossé

Un spectacle de musique a eu lieu, le 22 février dernier, à la Petite boîte noire de Sherbrooke. Environ 50 adeptes étaient réunis dans une salle tamisée et décontractée pour y assister, où esprits libres riment avec désinvolture. Mon Doux Saigneur fait son entrée en scène, c’est une soirée qui promet!

La première demie du spectacle a été sobre et frappante. Le groupe a présenté plusieurs compositions de son album Mon Doux Saigneur sorti en septembre 2017. Le courant, en passant par Hook bleu, Île aux calvaires et son plus grand succès, Primitif, ont mis la table pour cette soirée captivante.

Le spectacle a été entrecoupé d’un court entracte d’une dizaine de minutes, qui a donné le temps à la foule de refaire ses provisions de bière. Cela a permis au Collectif de rencontrer des membres du band, qui ont confirmé que le fondateur du groupe était Émerik Saint-Cyr Labbé. Celui-ci a été rejoint par le guitariste David Marchand. Le groupe a été rapidement complété par le bassiste Étienne Dupré, le batteur Mandela Coupal ainsi que le guitariste Eliott Durocher. Mon Doux Saigneur demeure, encore aujourd’hui, une entité un peu vague qui regroupe cinq bons amis qui vivent pour la musique.

Du vrai, juste du vrai

La démarche du groupe est soi-disant difficile à comprendre. En fait, ce dernier reste authentique dans la livraison de son spectacle et c’est au public de décider comment il accueillera cette véracité. Les musiciens jouaient les compositions qu’ils voulaient, en présentant quelques accrochages. Improvisation musicale et présentation de chansons en cours d’écriture étaient au rendez-vous pour ajouter de l’authenticité au spectacle. Le groupe présentait le matériel qu’il avait, avec les moyens du bord, ni plus ni moins!

Les interventions avec le public étaient brèves, le chanteur principal ne se considérant pas comme un animateur de foule, mais comme un musicien « qui était là pour jouer de la musique. » Le groupe a tout de même pris l’occasion de modifier les paroles d’une de ses chansons pour y inclure « Sherby », une attention qui a été très bien accueillie par le public.

Juste avant le rappel qui présentait deux chansons plutôt mélodramatiques portant le public à l’introspection et la réflexion, le groupe a enflammé la salle avec un free-style de Chu tanné d’attendre. C’était assurément le moment le plus fort de la soirée qui a apporté une énergie à tout le spectacle. Les cinq membres de Mon Doux Saigneur improvisaient sur la scène en se laissant emporter par l’incertitude du moment. Le spectacle a été très bien reçu par la salle. On s’est laissé emporter par les esprits libres et simplistes de ces cinq Montréalais d’adoption.

Prenez note que si vous avez la chance de vous rendre à Lavaltrie le 14 mars prochain, Mon Doux Saigneur sera en spectacle au Café culturel de la Chasse-galerie. C’est un rendez-vous à ne pas manquer!


Crédit Photo @ Camille Gascon

Partager cette publication

Laisser une réponse