Et pourquoi ne pas fêter les 215 ans de Sherbrooke?

Par Laurence Poulin

Alors que les festivités fusent de toutes parts tant au Québec que dans le reste du Canada, et aussi dans la métropole, pourquoi ne pas souligner les 215 ans de la fondation de notre magnifique ville des Cantons-de-l’Est? En effet, on remarque cet été une diversité de festivités à l’occasion des fêtes nationales du Québec et du Canada, soulignées tous les ans, mais aussi des festivités particulières pour les 375 ans de la ville de Montréal.

Plusieurs voix se sont fait entendre dans les dernières semaines tant concernant les couts considérés comme astronomiques occasionnés par l’illumination du pont Jacques-Cartier ou encore le choix de célébrer un chiffre tel que 375 ans. D’autres ont plutôt préféré se laisser prendre au jeu et profiter de ce que ces célébrations avaient à offrir. Certains ont même eu droit à deux représentations plutôt qu’une du spectacle d’illumination du pont Jacques-Cartier.

La petite histoire des grandes artères

Puisque Montréal choisit une date qui n’est pas « ronde » comme aurait pu l’être un 400e comme l’avait fait Québec, ça peut donner envie de faire la même chose ici pour la reine des Cantons. En effet, si on se fit à l’histoire, Sherbrooke fêterait ses 215 ans cette année puisque c’est en 1802 que se serait installé Gilbert Hyatt, au confluent des rivières Magog et St-François. Ce loyaliste resté fidèle à la couronne d’Angleterre se serait exilé vers le nord juste après la guerre d’indépendance des États-Unis. Il aurait donc installé un premier moulin à farine à l’endroit connu sous le nom de Grandes-Fourches. La ville prit finalement le nom du gouverneur général du Canada, Sir John Coape Sherbrooke en 1818.

Afin d’en connaitre davantage sur cette ville que vous habitez peut-être depuis peu ou depuis plusieurs années, la Société d’histoire de Sherbrooke propose depuis le 28 juin, et ce, jusqu’au 18 août, un circuit spécial nommé L’histoire à ciel ouvert. En effet, cette programmation offre une visite de trois lieux porteurs d’histoire, soit la gorge de la rivière Magog, le parc Jacques-Cartier et le parc du Bois-Beckett. Ce dernier porte d’ailleurs ce nom en l’honneur d’une famille pionnière de Sherbrooke arrivée vers 1819.

Outre ce circuit, libre à vous de découvrir les origines des grandes artères qui composent la ville. Afin d’amorcer cette découverte si vous êtes curieux ou curieuse, voici en rafale l’origine de quelques-unes d’entre elles.

La Galt

La rue Galt. Cette rue étudiante par excellence, bordant les essentiels tels que pharmacie, épicerie, café et brasserie. Elle porte ce nom en l’honneur de Sir Alexander Tilloch Galt, premier député fédéral de Sherbrooke.

La Marquette

Passant de Market Street à la rue Marquette en 1904, cette rue est l’une de celles démontrant la francisation de la ville d’abord britannique. En effet, d’autres comme la rue Frontenac (Factory Street), Alexandre (Alexander), Académie (Academy) ou encore du Conseil (Council) ont passé par le même processus.

La Bachand

Nommée en raison du maire de Sherbrooke de 1908 à 1910, Léonilde-Charles Bachand. Lors de son mandat, la ville construit le barrage Drummond et achète à McManamy et Denault la portion de la rivière Magog qui leur appartenait. McManamy et Denault, autres rues importantes, en l’honneur des maires Daniel McMamany arrivé d’Irlande et de Donat-Oscar Édouard Denault.

La Wellington

La Well. Cette rue empruntée de jour comme de nuit encore une fois par une grande partie de la communauté étudiante. Elle fut nommée ainsi en 1842 en l’honneur d’Arthur Wellesley, 1er duc de Wellington, général et vainqueur de Napoléon, puis premier ministre.

La King

Cette rue offrant une vue imprenable sur la ville à la hauteur du monument des Braves fut nommée ainsi en raison de l’appartenance de la communauté de l’époque envers l’Empire britannique et le roi de l’époque, Guillaume IV, régnant entre 1830 et 1837.

Bien d’autres artères et édifices témoignent du passage du temps et de l’histoire de Sherbrooke. Afin d’en connaitre davantage, la Société d’histoire de Sherbrooke, située sur la rue Dufferin, offre différents circuits, expositions et événements. Également, le site patrimoine.espaceweb.usherbrooke.ca est riche en contenu historique pour les mordus d’histoire ou simplement les curieux et curieuses. Démarré dans le cadre d’un cours du baccalauréat en histoire, ce projet Sherbrooke, Histoire et Patrimoine vise à approfondir les connaissances concernant certains moments et certaines thématiques de l’histoire de Sherbrooke.

Ce tour d’horizon ayant pour but de souligner l’histoire de Sherbrooke et de ses 215 ans peut finalement se célébrer simplement. Chaque journée où l’on arpente ces rues, nous pouvons nous rappeler et célébrer la riche histoire de cette ville. En effet, bien souvent l’été, on part à la conquête d’histoires de contrées éloignées, sans même s’attarder à celles qui fondent les rues que l’on emprunte chaque jour. Par ailleurs, nous qui y vivons faisons également partie de cette histoire en éternelle progression! Bon 215e, Sherbrooke!


Crédit Photo © Destination-Sherbrooke

Partager cette publication

Laisser une réponse