Par Lydia Santos

Olivier Martineau est venu présenter son spectacle éponyme au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke le 19 février dernier. Toujours aussi engagé à « gratter le vernis » de la société d’aujourd’hui, c’est avec aplomb, politesse et véracité qu’Olivier domine la scène. Un spectacle où le rire du public est franc du début à la fin!

Debout, bien ancré sous son parapluie, les deux pieds sur son nuage, Olivier Martineau commence sa satire de la société. Que ce soit dans son spectacle ou sur son compte Twitter, il n’a pas peur d’affirmer qu’il « hait tout le monde égal ». « Irrévérencieux sans jamais être impoli », comme le décrit son agent et producteur exécutif Sylvain Parent-Bédard, Olivier est là pour « gratter le vernis ». Pour soulever les vérités. Les époques, les couples, son ex, les filles, les gens en général et même sa grand-mère sont les cibles de ses blagues. La distinction entre les sketchs est présente, mais on a l’impression que tout le spectacle, même après l’entracte, ne fait qu’un. Tout se suit avec brio : on dirait un seul grand numéro. Bien sûr, quelques apartés rocambolesques et ludiques entrecoupent les numéros et soulignent son univers.

J’avais déjà vu un spectacle d’Olivier Martineau. C’était dans le cadre du festival Zoofest à Montréal. C’était dans une ancienne église avec des chaises dépareillées. Il avait offert ses meilleurs gags, son absurdité, sa musicalité – il y avait des numéros chantés accompagnés à la guitare —, bref il avait offert ses tripes au public! Vendredi soir, c’est avec plaisir que j’ai retrouvé cet humour, cet humoriste qui donne tout ce qu’il a! Même si dans un numéro il explique être contre les machines à remonter dans le temps, je suis persuadée que plusieurs personnes seraient prêtes à remonter dans le temps pour revivre cette soirée!

Depuis son lancement en hiver 2015, le spectacle accumule les affichages complets et les supplémentaires.

Parcours

L’histoire d’Olivier Martineau avec le grand public débute en 2010 alors qu’il est nommé vainqueur du concours En route vers mon premier gala. Depuis, il en a fait du chemin! Olivier a eu la chance de faire les premières parties de Jerry Seinfeld (juin 2014 à Québec), de Jamel Debbouze (Tout sur Jamel) et d’Anthony Kavanagh (hiver 2013).

Après avoir enchaîné les galas Juste pour rire, 2014 et 2015 sont incontournables. En juin 2014, Olivier anime avec adresse son tout premier gala Grand rire au Grand théâtre de Québec. En juin 2015, il anime un gala ComediHa! qui s’avère également être un grand succès.

Prix

Gala les Olivier (2014) : Nomination dans la catégorie Découverte

Concours de la relève de Val-d’Or (2012) : Premier prix et prix du public
Grand rire de Québec (2012) : Révélation
Gala les Olivier (2011) : Nomination dans la catégorie Découverte
En route vers mon premier gala (2010) : Gagnant

Pour le suivre sur les réseaux sociaux :

Site officiel 

Facebook

Twitter

Archives

Partager cette publication