Les Opus impromptus : des œuvres inédites d’improvisation musicale

Par Mark Beletsky

De talentueux musiciens ont illuminé La Petite Boîte Noire lors d’une soirée jam conviviale organisée le 22 février dernier. La séance d’improvisation musicale Les Opus impromptus s’est démarquée par un vertueux mélange d’originalité et de simplicité.

Improvisation musicale technologique

Animée par Andy Bourgeois depuis son piano numérique, la soirée d’improvisation musicale a intégré un côté technologique intéressant, fidèle au 21e siècle. Les musiciens recevaient des indications en temps réel depuis leurs tablettes électroniques. Une application sortait ainsi aléatoirement des accords, forçant les musiciens à s’adapter au style qui leur était suggéré.

Malgré quelques confusions initiales, les nombreux instruments joués ont fusionné agréablement pour former une harmonie musicale qui stimulait le public. La salle remplie tant d’habitués que de curieux était visiblement captivée. Il n’y avait qu’à regarder les pieds de l’auditoire qui bougeaient en chœur au son de la musique pour en avoir le cœur net.

Une diversité impressionnante

La soirée jam a présenté une panoplie d’instruments musicaux au public. Du piano à la guitare, en passant par la batterie, les participants ont également amené des instruments moins communs comme le violon, le trombone et même le mélodica.

Les trois familles d’instruments musicaux ont donc été représentées par une multitude de participants, chacun prenant le relai pour jouer un nouveau style. De tous âges, les musiciens jouaient tant du blues que du rock ou du funk. Le tout, agrémenté par les notes électroniques du piano numérique, procurait une sensation d’euphorie contagieuse.

Des variétés d’instruments, de styles musicaux et de participants étaient donc au rendez-vous à la soirée de jam, donnant l’occasion à des artistes locaux de se faire connaître.

Encore plus d’accords en chœur

Le concept de l’application générant des accords aléatoires a été délaissé vers la fin de la soirée au profit d’une improvisation pure et simple. L’écran des tablettes électroniques étant trop petit, les musiciens semblaient vouloir se concentrer pleinement sur leurs capacités d’improvisation musicale.

Toujours sous les indications d’Andy Bourgeois, ce type plus traditionnel d’improvisation était même plus harmonieux que le précédent. Les instruments se complétaient et les musiciens s’ajustaient au fur et à mesure, se laissant emporter par le courant du jam.

Le public a même eu droit à un court chant improvisé vers la fin de la soirée, chant caractérisé par une série d’interjections stimulant le sourire. Il convient d’ailleurs de dire qu’à la fois l’auditoire et les musiciens sont sortis de la soirée le sourire aux lèvres.

Le talent des participants pouvait ultimement être récompensé par des contributions volontaires. Dans tous les cas, l’auditoire n’a pas hésité à souligner par de vifs applaudissements la performance des musiciens.

Le prochain jam orchestré se tiendra le 29 mars et les intéressés peuvent s’inscrire dès maintenant.


Crédit Photo @ Les Opus Impromptus

Partager cette publication