Or et Grenat dans tous ses éclats !

Par Mireille Vachon

Samedi soir 29 février 2020, direction La Petite Boîte Noire pour assister au lancement du premier album d’Or et Grenat, groupe folk rock formé à Sherbrooke vers la fin des années 2000. Une quinzaine d’années plus tard, l’album Autopsie d’un amour voit le jour après de nombreuses heures passées à écrire, composer, rêver… et mijoter ! Le Collectif s’est entretenu avec le chanteur du groupe, Benoit Fournier, qui a composé tous les textes de l’album en s’inspirant majoritairement de ses années passées à l’Université de Sherbrooke en tant qu’étudiant en psychologie.

C’est justement pendant ses années festives d’étudiant universitaire que Benoit rencontre le guitariste actuel d’Or et Grenat, Guillaume Gilbert. Lors d’un colloque en psychologie assez arrosé au parc Blanchard, Guillaume fait partie du trio jazz qui anime la soirée. Il est accompagné de Mathieu Tarlo et de Jean-François Montour, qui deviendront les deux autres membres du groupe. Mathieu joue de la basse, de la contrebasse et du trombone ; Jean-François est à la batterie et aux percussions. Qui aurait cru que cette soirée endiablée du 28 avril 2006 serait le début d’une belle aventure musicale, qui évoluerait pour devenir l’entité Or et Grenat ?

Le lancement

La veille, c’est à la Casa del Popolo (la Maison du Peuple), salle assez reconnue dans le milieu artistique, qu’a eu lieu le lancement montréalais, en plateau double avec le groupe rock Game Bird. Les membres d’Or et Grenat ont été très satisfaits de la réception des spectateurs et spectatrices, qui chantaient et dansaient sur les airs mélancoliques de leurs chansons. Le public sherbrookois a été tout aussi charmé par les musiciens. Dans l’ambiance assez intime de LPBN, le chanteur s’est permis de faire plusieurs interventions pour présenter le groupe et les chansons, pour raconter des anecdotes comiques, d’autres plus tristes. Du contexte de la naissance de la première chanson du groupe, soit « Or et Grenat », à ses incertitudes amoureuses dans « Citrouille », en passant par la négligence envers les cyclistes dans « Flambeaux » et le chagrin éprouvé quand on doit laisser son partenaire dans « Un feu », le chanteur a ouvert son cœur à la foule.

Pourquoi l’or et le grenat ?

« Moi, je vois des couleurs quand j’entends des chansons, mais aussi quand je les compose », avoue Benoit. Pour l’album Autopsie d’un amour, c’est l’or et le grenat qui lui sont venus en tête à l’écriture des textes. L’or, c’est l’exaltation ressentie lors d’un premier rendez-vous, les papillons dans le ventre en début de relation, la passion toujours bien vivante après des années de vie commune. L’or, c’est la lueur d’espoir qui garde en vie dans les moments plus sombres, la beauté dans la laideur. Les chansons « L’été, en amour », « Autopsie » et « Citrouille » représentent ce côté doré. Le grenat, à l’inverse, évoque la noirceur des nuits blanches, les vagues de larmes qui déferlent sans fin et l’atrocité humaine. C’est le chemin obscur que personne ne souhaite emprunter, mais que plusieurs devront affronter un jour ou l’autre. « Sous-sol », « Penses-tu encore à moi » et « Flambeaux » en sont des exemples. « Moi, je suis plus inspiré par le grenat. Guillaume, lui, s’associe davantage à l’or », révèle le chanteur, ce qui procure un juste équilibre dans le processus de création du groupe.

Bon augure pour le futur

« Mon ambition la plus folle serait de dépasser les Beatles, mais en français québécois », plaisante Benoit. Blague à part, le doctorant est actuellement professeur de psychologie au Collège Rosemont, et ses étudiantes et étudiants lui demandent souvent s’il continuera à enseigner si Or et Grenat perce dans l’univers musical québécois. « Dans ma vie, ç’a toujours été les projets artistiques d’abord, mais c’est certain qu’il y a des cours que j’aime donner, alors je me garderais probablement un peu de temps à l’horaire pour enseigner », affirme l’artiste.

En octobre 2020, Or et Grenat performera à Montréal au bar culturel L’Escalier en plateau double avec Andrée-Anne Chose, la formation musicale avec qui le groupe avait partagé la scène le soir de son lancement sherbrookois. Fortes sont les chances de les voir également dans plusieurs festivals cet été. Leurs demandes sont envoyées, il ne reste qu’à attendre les confirmations ! L’an dernier, le groupe avait performé à quelques reprises dans les environs de Sherbrooke, notamment dans le cadre des Concerts de la Cité et du OFF Festival des harmonies.

Des plans pour un deuxième album ?

« Absolument ! » s’exclame Benoit sans hésiter. « Je l’ai déjà en tête depuis quelques mois, voire quelques années. J’ai même déjà pensé aux couleurs possibles de l’album. Idéalement, le lancement serait prévu pour 2022 », explique-t-il. Si le groupe continue sur sa lancée actuelle, le second disque mettra probablement le vert et le bleu sombre de l’avant, couleurs en lien avec les thèmes qui seront sans aucun doute bien différents de ceux dans Autopsie d’un amour. « Je trouve que c’est important d’avoir envie de revoir un film ou une œuvre d’art, de réentendre une chanson ou de relire un texte, alors c’est mon but avec ce deuxième album », manifeste le chanteur.

Fait cocasse

La photo de couverture de la page Facebook du groupe, qui se retrouve également dans la pochette de l’album, montre la maison sherbrookoise préférée de Benoit. Récemment, il a reçu un message d’une des habitantes de la maison, une peintre, disant que la chanson « Un feu » lui « donne des frissons jusqu’à la racine des cheveux ». En cherchant le nom du groupe sur Facebook, la dame tombe sur l’image de sa maison en haut de la page. Elle envoie une photo de sa décoration intérieure au groupe : un mur or, une lampe grenat. En plus, certaines de ses toiles sont dans les mêmes teintes. Celle-ci a même des idées de vidéoclip pour la chanson « Un feu » : une future collaboration à l’horizon ?

Cette synchronicité assez incroyable serait-elle un signe du destin, un encouragement, une récompense ? Peu importe, les efforts déployés par Or et Grenat dans la production de ce premier album porteront assurément fruit. Et c’est bien parti : plusieurs radios font déjà tourner leurs chansons et ils ont été en 2e position sur la chaîne Franco Attitude de Stingray Music en décembre dernier.


Crédit Photo @ Or et Grenat

Partager cette publication

Laisser une réponse