Partez à la découverte du géocaching

En ce temps où les installations sportives sont difficilement accessibles, il importe de diversifier ses activités physiques afin de conserver sa motivation. Le géocaching est alors tout indiqué puisqu’il permet de prendre l’air et de se changer les idées, mais aussi d’activer ses muscles, qu’on le pratique en marchant, en courant ou à vélo. Nous vous présentons cette activité qui se pratique en plein air et avec un GPS hors route.

Par Martine Dallaire 

 

Une activité pour les amateurs de plein air

Si cette activité est connue depuis quelques années, elle risque de connaître un certain regain, alors que le beau temps est à nos portes et que plusieurs d’entre nous n’ont pas mis le nez dehors depuis belle lurette. 

Il faut savoir que le géocaching est un loisir qui se pratique avec un appareil GPS
ou un téléphone intelligent. Les amateurs de randonnée purs et durs pourraient cependant privilégier l’utilisation d’une boussole. Cette activité, qui pourrait se décrire comme une chasse au trésor en nature, nécessite de bonnes chaussures de marche ou de course et, tel qu’indiqué précédemment, un GPS « hors route », une boussole ou un téléphone intelligent. Bref, le géocaching est un beau loisir qui permet de profiter de la nature tout en s’amusant. Un beau mélange de technologie et de plein air, quoi !

 

Une réelle chasse au trésor

Le but du géocaching consiste à trouver à l’aide de son GPS une « cache » (d’où le nom géocaching) située à un endroit correspondant à des coordonnées géographiques précises. On trouve des milliers de caches au Québec. Les caches sont des boîtes de métal ou de bois dans lesquelles se trouvent des objets de faible valeur et un carnet que les géocacheurs doivent signer en inscrivant la date, leur nom et leur ville comme preuve de leur découverte. Certaines caches sont également dites dynamiques, puisque leur contenu se déplace de cache en cache dans le but d’atteindre une cache précise. D’autres objets de ces caches dynamiques sont identifiés à l’aide d’un numéro, ce qui permet aux géocacheurs d’en retracer l’itinéraire sur un site Internet spécialisé.

Des endroits saugrenus pour les caches

On trouve des caches dans plusieurs endroits, que ce soit en ville ou en campagne, les idées ne manquent pas pour stimuler les randonneurs. Dissimulées sous un rocher, enterrées, perchées dans un arbre, dans un endroit public, en montagne ou dans un parc, elles permettent de découvrir de nouveaux endroits. 

 

Par où commencer pour trouver des caches ? 

Outre l’équipement à faible coût requis, par où commencer si l’on souhaite s’adonner au géocaching ? Il faut tout d’abord se rendre sur le site Geocaching.com et s’inscrire (gratuitement). On trouve sur le site les coordonnées de nombreuses caches en fonction de notre localisation, si on active cette fonction sur notre cellulaire ou par code postal ou ville. Une fois les coordonnées notées, il ne reste plus qu’à partir à la chasse à la cache à l’aide de son GPS ou de son cellulaire. 

Plusieurs autres sites en ligne offrent des conseils pour mieux découvrir cette activité ou expliquent comment utiliser le site Geocaching.com. Il y a même des forums de géocacheurs qui offrent des conseils pratiques et des groupes qui organisent des randonnées.

 

Un code d’éthique pour les adeptes

Si le géocaching se veut une activité divertissante, il existe tout de même des règles à respecter, et si on veut créer une cache, il y a des étapes à suivre. Différents sites québécois permettent d’en apprendre plus sur le sujet. Si toutefois vous souhaitez pratiquer cette activité hors Québec, les sites disponibles sont uniquement en anglais. Seul, en famille, en couple ou entre amis, parions que vous ferez de belles découvertes !

Partager cette publication

Laisser une réponse