Par Virginie Roy 

Profiter de la pandémie pour laisser aller son côté créatif et entrepreneurial, c’est ce que Stephanie Lacasse a décidé de faire en lançant Coco & Lumia, une compagnie de chandelles faites à base de cire de coco, en décembre dernier.  

La propriétaire de 27ans en convient, son amour pour les bougies remonte à loin. «Je n’ai jamais eu le droit d’en brûler quand j’étais jeune parce que mon père avait le nez trop sensible, raconte Stephanie Lacasse. Depuis que je suis partie de la maison familiale, c’est vraiment le free for all!» 

Magasin spécialisé, pharmacie, grande surface… L’entrepreneure n’y pensait pas deux fois avant de sortir le portefeuille pour une nouvelle chandelle. «Je me suis par contre rendu compte que la plupart étaient fabriquées à partir de paraffine et qu’elles pouvaient dégager des agents chimiques…» 

Si des options existent déjà sur le marché, le prix de celles-ci ne les rend pas accessibles à tous. «J’ai donc décidé de me lancer dans cette niche en offrant des bougies à 17$ pour aller rejoindre la classe moyenne qui veut se gâter sans nécessairement se ruiner!» lance Stephanie Lacasse, qui comprend bien la réalité étudiante, elle-même récemment diplômée en marketing et graphisme.  

Nom et création 

Habituée au processus d’idéation en raison de son domaine d’emploi, la propriétaire de Coco & Lumia ne cache pas que le choix du nom n’a pas été chose simple. «C’est la chose la plus difficile que j’ai jamais faite créativement parlant de toute ma vie!»  

Crédit photo : Stephanie Lacasse

Si plusieurs appellations sonnaient bien dans la langue de Shakespeare, la clientèle visée au départ était francophone. Il fallait donc penser à quelque chose qui soit simple à retenir pour un Québécois, tout en gardant en tête qu’un jourespère Stephanie Lacasse, ses bougies puissent être vendues au Canada anglais. 

«J’ai défilé sur des pages de générateurs de noms pendant des heures. Je savais que je voulais inclure une perluète parce que les possibilités au niveau du graphisme étaient nombreuses!»  

Elle a ensuite découvert le mot lumia, une forme d’art du 20esiècle qui utilise la lumière et les ombres pour créer des œuvres d’art éphémères. «J’utilise des mèches en bois qui font que mes bougies crépitent et j’ai donc l’impression que ce que je vends, ce ne sont pas que des bougies normales. Lumia venait donc rejoindre ce côté hors de l’ordinaire!» 

La distinction Coco & Lumia 

Stephanie Lacasse est bien au courant que beaucoup de gens se sont lancés en création de bougies au cours de la pandémie. Elle a donc cherché ce qui la différentierait des autres.  

En faisant ses recherches, elle a constaté que, dans la «communauté de bougie», beaucoup ne souhaitent pas se lancer avec des mèches de bois en raison de la complexité de leur utilisation. Pour l’entrepreneure, ce fut pourtant une révélation. «C’est une matière naturelle, donc ça se peut que sur 100, deux mèches refusent de coopérer, mais c’est un risque que j’accepte parce que l’effet du crépitement, ça crée une ambiance magique», confie-t-elle.  

Stephanie Lacasse tente aussi de vendre des bougies qui répondent au goût olfactif du plus grand nombre de gens possible, tout en restant en accord avec ses propres préférences. «J’ai ma collection classique avec des odeurs qui conviennent à tout temps de l’année, mais aussi des collections saisonnières pour permettre aux gens de suivre leur envie du moment!» 

Futurs projets 

Les idées pour faire croître sa compagnie, ce n’est pas ce qui manque à cette passionnée des chandelles. «Après à peine deux mois, je me considère encore en lancement d’entreprise, mais reste que j’ai 15millions d’idées. Mais je sais que si je les lance toutes en même temps, les probabilités que je ne réussisse pas sont plus grandes». 

Elle se consacre donc pour le moment sur la stabilité des ventes de sa collection classique et le lancement de collections saisonnières. Une fois cela atteint, elle espère pouvoir offrir ses bougies dans différents points de vente et développer des collections éphémères à thématique diverses : les quartiers de la ville de Québec, les desserts, etc. «Créer des buzz sur les réseaux sociaux sera important puisque je n’ai pas pignon sur rue!», explique Stephanie Lacasse.  

L’importance de l’environnement est aussi toujours en arrièrepensée, avec des projets tels que la consigne sur les pots de verre ou encore la création de «bougies en vrac».  

Pour se procurer des bougies Coco & Lumia, tout se retrouve sur cocolumia.caLa collection de printemps sort bientôt et sera annoncée sur les réseaux sociauxet dans l’infolettre.  

Facebook : @CocoLumia 

Instagram : @cocolumia 

Tik Tok : @cocolumia_ 

Partager cette publication