Percevoir la fidélité dans un monde infidèle

Par Erika Aubin

Assise pas très confortablement sur ma chaise en bois, j'ai vu tous mes espoirs naïfs de jeune fille amoureuse éclater en morceaux. Le cours d'anthropologie d'aujourd'hui allait m'apprendre que l'Homo sapiens n'est génétiquement pas conçu pour être fidèle à une seule personne. Bref, aussi surprenant que cela puisse paraître, nous sommes des êtres polygames.

L'apparition de la fidélité dans une société moderne

La notion de fidélité est un concept qui a évolué au même moment que l'organisation de la vie en société. L'époque qui consistait à survivre sans moyens était maintenant terminée et l'Homme a eu la chance de s'organiser en communauté. À un moment, il était nécessaire de savoir qui était le père d'un enfant pour que l'homme puisse jouer son rôle de pourvoyeur. Le concept de famille a pris son envol; la femme s'occupait des enfants et l'homme satisfaisait les besoins de ses proches. C'est ainsi que la fidélité et le couple ont tranquillement pris leur place dans notre mode de vie. Par la suite, la fidélité amoureuse fut renforcée, voire exagérée par la religion catholique. En Occident, la fidélité fait désormais partie de nos coutumes et va de soi.

Pourquoi ne sommes-nous pas conçus pour être fidèles?

L'Homo sapiens n'a pas été épargné quant à la théorie de l'évolution de notre cher Darwin. La gent masculine doit conquérir le plus de femmes possible. Quant à elles, elles cherchent également à se reproduire, mais veulent garder un homme à leur côté pour apporter sécurité à la famille.

Les femmes ont, à une époque lointaine, imposé la fidélité aux hommes. Cela explique les statistiques qui montrent que les hommes sont en général plus infidèles.

Cet article n'a pas pour but de revoir votre définition de couple et de rejeter toutes nos valeurs patriarcales, mais plutôt d'apporter une nuance à votre conception de la fidélité. Si nous avons intégré la fidélité à nos coutumes au cours de notre histoire, c'est parce que nous en avons vu l'utilité. Nous avons la chance de vivre dans une société libre où les règles du concept controversé sont établies sans mot d’ordre; par nous et pour nous.


Partager cette publication