La place des femmes dans le sport

Par Andréanne Beaudry

Depuis quelque temps, le mouvement féminisme se fait de plus en plus entendre par le biais des réseaux sociaux. Rien de plus encourageant que de voir une tonne de femmes s’exprimer et défendre leur cause. Cette tendance m’a alors inspirée à vous partager, pour cette édition du journal, un article sur l’implication des femmes dans le domaine sportif. De nos jours, on pourrait oublier qu’à un certain temps, la pratique d’un sport de compétition n’était guère accessible pour le sexe féminin. Même dans le monde du sport, les femmes ont été obligées de se battre pour avoir les mêmes droits que les hommes. Donc, en hommage au sport féminin, je vous présente trois femmes qui m’ont impressionnée ou grandement inspirée.

Le cas Kathrine Switzer

À l’occasion de la Journée internationale des femmes le 8 mars dernier, j’ai aperçu sur mon fil d’actualité Facebook une publication bien intéressante du Circuit Endurance. Étant l’un des meilleurs circuits de course sur route au Québec, le groupe a alors partagé un bref compte rendu de l’histoire invraisemblable de la marathonienne Kathrine Switzer.

Pour ceux et celles qui ne la connaissent pas, comme moi jusqu’à tout récemment, Switzer est une écrivaine américaine qui se spécialise également en tant que commentatrice à la télévision. Par contre, elle est surtout connue pour avoir été la première femme à avoir complété le populaire marathon de Boston, et ce, en étant officiellement inscrite. À une certaine époque, les femmes n’avaient aucun droit de prendre part à une course sur route ou à un marathon. Afin de pouvoir y participer, Kathrine Switzer s’inscrit à la course sous l’identifiant de K.V. Switzer. De cette façon, elle ne révèle pas son genre à l’organisation et réussit à obtenir le dossard 261.

En 1967, le jour de la course, Kathrine Switzer se fait remarquer par l’un des organisateurs officiels du marathon de Boston, soit Jock Semple. Malheureusement, ce n’était pas réellement pour des raisons positives. Il court alors vers les participants, afin de la retirer du peloton. Cependant, Switzer réussit à s’en éloigner, grâce à son coéquipier Tom Miller qui pousse Semple sur le côté. Ce malheureux incident, immortalisé en photos, fait la manchette du monde entier. Cette histoire incite d’autres femmes à se battre avec elle, afin de permettre aux femmes de pouvoir participer à des courses. D’ailleurs, à 69 ans, la marathonienne s’implique encore activement pour la cause. Finalement, c’est en 1972 que les femmes ont le droit de s’inscrire au marathon de Boston.

Un dunk pas comme les autres

Lors d’un rassemblement de basketteurs, l’athlète Candace Nicole Parker marque l’histoire grâce à ses exploits sportifs. En effet, la jeune femme a remporté le tournoi de dunk, et ce, contre des femmes et des hommes. D’ailleurs, elle bat même des athlètes de haut niveau, dont Josh Smith. Un peu plus tard, elle continue encore de se démarquer sur le terrain. Elle devient même la première femme à dunker et à répéter pour une deuxième fois cet exploit lors d'un match du tournoi final de la NCAA.

En plus d’avoir une très belle carrière, l’athlète professionnelle met au monde une petite fille. Huit semaines après son accouchement, elle reprend le rythme tout en intégrant son rôle de mère à sa routine. Elle veut prouver à tous qu’il est concevable d’être athlète et maman. On peut donc conclure avec elle que tout est possible!

Paula Radcliffe : une impressionnante force de caractère

Ce qui m’impressionne le plus chez Paula Radcliffe, c’est particulièrement sa force de caractère. Détentrice du record du monde au marathon avec un temps de 2 heures, 15 minutes et 25 secondes, Radcliffe a été en mesure de m’inspirer, non seulement par ses temps, mais aussi par sa volonté et sa détermination à devenir la meilleure.

Tout au long de ma lecture du livre My Story So Far, l’autobiographie de Paula Radcliffe, j’ai été charmée par son parcours d’athlète. Malgré plusieurs embûches, comme ses blessures, son asthme ou ses crises d’anémie, l’athlète n’a jamais baissé les bras. Celle-ci voulait toujours continuer à avancer en s’entrainant très fort. Oui, elle a connu des échecs, mais jamais elle n’a abandonné. Jamais, elle n’a refusé de poursuivre ses rêves. Durant toutes ses courses, elle se forçait mentalement à être la meilleure.

Toutes autant inspirantes

Il a été complexe de sélectionner des athlètes qui se sont vouées davantage au développement du sport féminin, puisque, à notre manière, nous y contribuons toutes un peu! En tant qu’athlète, je suis toujours époustouflée par le parcours des sportifs de haut niveau ainsi que de ceux qui m’entourent. Bref, mon palmarès personnel ne se résume pas uniquement à trois athlètes! Et vous, qui sont vos inspirations?


Crédit Photo © The New York Times

Laisser une réponse