Les plaisirs de la double identité

Par Samuel Rhéaume

L’année 2017 en est une des plus symboliques pour l’ensemble des Canadiens. La fédération célèbre en effet son 150e anniversaire. Au même moment, la ville de Montréal souligne, quant à elle, les 375 ans de son histoire. Cette double festivité rappelle que notre identité culturelle est encore tout aussi partagée entre nos différents milieux de vie.

En 2017, les Canadiens et les Montréalais ont droit à une panoplie d’activités offertes dans le but de célébrer leur histoire. C’est une belle occasion pour tous, indépendamment des convictions politiques, de se remémorer les grands moments et les grandes réalisations culturelles de leur peuple. Sans doute, il s’agit du meilleur moment pour oublier toutes allégeances politiques, et plonger tête première dans ce que les différentes communautés ont offert au courant de l’histoire. Il n’y a rien de plus beau que de célébrer tous ensemble la diversité et la créativité de nos ancêtres et de nos contemporains.

MONTRÉAL EN HISTOIRE

La fondation de Montréal remonte à 1642 et, de ce fait seulement, dire que beaucoup d’événements marquants s’y sont produits serait un euphémisme. Il reste toutefois plutôt curieux de célébrer 375 années de fondation, c’est un chiffre plutôt aléatoire. Jean-François Nadeau, historien et journaliste pour Le Devoir, l’explique par le fait qu’on souligne les 50 ans depuis l’Exposition universelle de 1967 et, qu’à ce moment précis, les 100 ans de la Fédération canadienne avaient été soulignés.

Un moment fort de l’identité montréalaise et du sentiment de fierté et d’appartenance est incontestablement celui de l’émeute de 1955 suite à la suspension de Maurice Richard, joueur étoile du Canadien de Montréal. On peut ensuite penser aux grandes réalisations de Jean Drapeau. Les travaux du métro de Montréal, la Place des Arts et l’Exposition universelle de 1967 en sont les trois principales. On ne peut passer sous silence les Jeux olympiques de 1976 et la performance parfaite de Nadia Comaneci. Plus récemment, le printemps 2012 et sa grande manifestation dans les rues de Montréal est un moment illustrant la grande solidarité de la population et le sentiment de communauté au sein des différents groupes sociaux formant Montréal et le Québec au complet.

D’UN OCÉAN À L’AUTRE

Avec en tête plusieurs projets ambitieux, c’est en 1867 que la Confédération canadienne voit le jour. Fort de son grand territoire et de ses commerces, le Canada devient rapidement une terre de promesses d’ambition. Le Canada rassemble des diversités humaines lors de sa fondation, ce qui contribue à l’enrichissement de son patrimoine culturel. Le Canada se développe très rapidement grâce à l’immense projet ferroviaire de John A. Macdonald.

L’identité canadienne est difficilement définissable. « Il existe une identité canadienne, la difficulté c’est de la définir », a affirmé Jean-François Lisée. Dans un contexte de pluralisme, le Canada est fort de sa culture diversifiée. On doit toutefois admettre que le sentiment identitaire canadien est apparu au tournant des années 1960, alors que le drapeau canadien actuel voit le jour et que les célébrations de la fête nationale gagnent en popularité.

Bien que le sentiment d’appartenance tende à être plus solide lorsque les personnes au sein du groupe forment un groupe culturel homogène, se sentir canadien n’est pas si compliqué. Que ce soit en festoyant tous ensemble une médaille olympique au hockey, en visitant les montagnes albertaines ou les plages des maritimes, le sentiment d’appartenance reste le même. C’est dans un grand respect du multiculturalisme que l’identité canadienne se fait ressentir.

La programmation du 375e de Montréal

Des capsules historiques du Canada


 Crédit Photo © Google

Partager cette publication