On va se le dire, toutes les raisons sont bonnes ces temps-ci pour se lover dans un divan avec une doudou et se taper des tonnes de films l’un à la suite de l’autre, et ce, sans ressentir une seule once de culpabilité. On est confiné le jour, encore plus à partir de 20h, alors il faut bien trouver de quoi s’occuper. Voici ce que je vous propose pour passer le temps pendant le couvre-feu pour le reste du mois de janvier… 

Par Mireille Vachon 

Bien sûr, il y a les Netflix, Crave et Disney+ de ce monde, mais il y a aussi des options plus locales et originales, qui profitent davantage aux créateurs d’ici. La pandémie a causé un engouement marqué pour l’achat local, alors pourquoi ne pas propager cet engouement jusque dans nos écrans? Le site aimetoncinema.ca a d’ailleurs été mis en place en 2020 dans le but de centraliser et faciliter la découverte du cinéma québécois, qui, malheureusement, est parfois difficile d’accès, surtout depuis que les salles de cinéma sont fermées. Allez y jeter un œil 

À la découverte de Plein(s) Écran(s) 

Une solution simple, accessible et gratuite pour se divertir les yeux et les oreilles est le retour du Festival Plein(s) Écran(s) pour la cinquième année consécutive! Jusqu’au 25janvier, il est possible de visionner quatre courts-métrages par jour, qui sont disponibles pour écoute pendant une durée limitée de 24h chacun 

Il suffit de se connecter à Facebook, de suivre la page @pleinsecrans, et le tour est joué! En effet, Plein(s) Écran(s) est le premier festival de cinéma se déroulant entièrement sur Facebook. Cette formule semble bien fonctionner, puisque depuis sa création en 2016, le festival a cumulé 9,7 millions de vue, dont 3,7 millions seulement l’année dernière.

«Pour nos 5ans et le début de l’an2021, j’avais envie de créer une grande célébration du court [métrage] qui réunirait d’autres initiatives numériques au Québec. La raison de vivre de Plein(s) Écran(s) s’inscrit dans un désir de rendre accessible le court-métrage québécois partout sur notre territoire, à l’extérieur des grands centres, afin de le faire découvrir à des nouveaux publics», indiquait Catherine Legaré-Pelletier, directrice générale de l’organisme, par voie de communiqué.  

«Nous ne sommes pas dans un esprit de compétition avec les forces vives de la diffusion numérique, au contraire, je crois que c’est le meilleur moyen d’être au service de notre public. C’est pour lui et le rayonnement de nos talents nationaux qu’on fait ça. Notre cinéma court est riche et de qualité et j’espère que cela peut amener à un éventuel mouvement vers la salle pour de nouveaux spectateurs», avait-elle ajouté. 

Il y aura toutefois une légère compétition entre les réalisateurs puisque le Festival décernera huit prix dont la valeur globale atteindra plus de 40000 $ en argent et en services. Le Grand Prix Plein(s) Écran(s) sera remis au meilleur court-métrage québécois de la compétition avec une bourse de 1000 $ en argent et 10000 $ en services de postproduction, alors que le prix des Pairs, présenté par le Bureau estrien de l’audiovisuel et du multimédia (BEAM) offrira 5000 $ en service et un an de membership

En tant que public, vous aurez aussi un rôle à jouer puisqu’un partage de film est égal à un vote. Votez pour vos coups de cœur et permettez aux artistes de remporter le Prix du Public, d’une valeur de 10000 $ en location d’équipements à la coopérative Spira, qui sera remis au court-métrage québécois ayant suscité le plus grand nombre de partages. Plusieurs autres prix sont également en jeu!

Vous souhaitez collaborer pour le journal Le CollectifÉcrivez-nous sur notre page Facebook ou contactez directement les chefs de pupitre 

Section Campus : Ariane.Lacerte@USherbrooke.ca 

Section Culture : Myriam.Baulne@USherbrooke.ca 

Section Société : Simon.Ratte-Dignard@USherbrooke.ca 

Section Sports et Bien-être : Josiane.Demers2@USherbrooke.ca 

Rédaction en chef : Mireille.Vachon@USherbrooke.ca 

Bonne session d’hiver 2021 à tous et à toutes !  

 

Partager cette publication