Par Mai Lie Caya

À la rencontre d’Alexandre Hurtubise de La Maison du Cinéma, Le Collectif a discuté de ce que réserve la programmation 2019 aux cinéphiles. Avec la rentrée scolaire à l’UdeS, La Maison fera figure de refuge pour les amateurs de cinéma où ils y trouveront un programme de courts et longs-métrages rafraichissants de même qu’une série de documentaire et de films de voyage à découvrir.

Les têtes d’affiche de La Maison

En moyenne, La Maison du Cinéma affiche six nouveautés chaque semaine sur ses écrans. Dès septembre, Sherbrooke verra Jennifer Garner incarnant le rôle d’une mère qui venge la mort de sa fille dans Déchaînée, le volet deux du film Johnny English sera à l’affiche aussi, de même que Robin des bois joué par Taron Egerton aux côtés de Jamie Foxx. Pour le mois d’octobre, les salles se rempliront pour voir le film Sale temps à l’hôtel El Royal (Chris Hemsworth, Dakota Johnson, Jon Hamm), Venom mettant en vedette Tom Hardy, Une étoile est née joué par le duo Bradley Cooper et Lady Gaga, Le premier homme sur la Lune où Ryan Gosling incarne Neil Armstrong et la finale d’Halloween, marquant le retour à l’écran de Jamie Lee Curtis dans le rôle de Laurie Strode. Ensuite, au mois de novembre, c’est le film Bohemian Rhapsody qui fera revivre les classiques de Queen, le film Garçon effacé réunira Lucas Hedges, Nicole Kidman, Joel Edgerton, Russell Crowe avec Xavier Dolan, le film Marie, reine d’Écosse mettra Margot Robbie et Saoirse Ronan sous les lumières des projecteurs et plusieurs autres films seront  à l’affiche pour divertir la population sherbrookoise. Le site web, la page Facebook et l’infolettre demeurent les meilleures façons de rester à l’affût des films à venir.

Ici et pas ailleurs

Au-delà des grands titres américains, La Maison du Cinéma conçoit l’importance de valoriser les talents de l’Estrie. Pour expliquer, La Maison a imaginé un concept mis sur pied grâce à Kino-Estrie et son réseau de réalisatrices et de réalisateurs émergeant à l’inventivité débordante. Leur œuvre se présente sous forme de courts-métrages dont le sujet met en lumière l’organisme communautaire Estrie Aide. Cette idée d’encourager le réseau de réalisations cinématographiques de la région souligne non seulement la vitrine culturelle que La Maison offre aux réalisations émergentes, mais aussi son soutien aux productions locales. En offrant aux courts-métrages de Kino-Estrie une occasion de diffusion, La Maison accorde une chance inouïe aux cinématographes de porter fièrement leurs productions sur grands écrans devant un vaste auditoire. C’est avec enthousiasme que le cinéma indépendant de Sherbrooke prévoit la sortie en salle de leur projet dès cet automne pour ensuite être diffusé sur le web. D’ailleurs, quatre films de cette sélection ont été présentés lors du Kino Kab 2018.

Un cinéma à la conscience sociale

En entrevue avec Alexandre Hurtubise, le responsable du service de programmation insistait sur le fait que La Maison du Cinéma mettait en valeur l’implication dans la communauté en général. Monsieur Hurtubise expose sa volonté d’encourager oui l’économie locale, mais d’abord et avant tout d’encourager les commerces et leur aspect humain que ces mêmes commerces arborent. Par exemple, La Maison choisira sans aucune hésitation de vendre du café de chez la brûlerie Faro au détriment de celui offert par de grandes chaines américaines. De plus, plusieurs autres produits du terroir conçus à Sherbrooke, comme les noix vendues à La Maison, proviennent du Comptoir Gourmand ou encore les muffins du Café Général. L’empreinte sociale de La Maison s’élargit même pour « offrir au public des projections gratuites en échange de denrées pour Moisson Estrie. » La Maison est persuadée que l’ensemble des initiatives et décisions favorisant un choix local génère un impact : « À nos yeux, toute entreprise doit faire un réel effort pour être un acteur dans sa communauté et y avoir un impact positif. »

Le billet de cinéma comme billet d’avion

L’expérience sur 360 degrés que La Maison du Cinéma propose aux cinéphiles s’étend plus loin que la projection seule de titres à grands succès. Cela fait déjà quelques années que le cinéma indépendant présente des films de voyages dont l’affichage permet encore une fois d’épanouir l’auditoire culturellement. « Il s’agit à notre avis d’un complément intéressant à la programmation régulière et c’est captivant de regarder ces images sur grand écran, dans le noir… que ce soit pour prévoir un voyage ou pour s’évader momentanément », lançait Alexandre lors de l’entrevue. Le producteur Passeport pour le monde a d’ailleurs attiré en grand nombre les amateurs de voyage, l’an dernier, que La Maison souhaite revoir pour la programmation 2019 mettant à l’affiche la Thaïlande au mois de septembre, la Corse au mois d’octobre ou encore le Madagascar au mois de décembre.

Au théâtre comme au cinéma

Au même titre de sa vocation d’offrir une programmation des plus variées, le cinéma attire des centaines de spectateurs aux représentations de pièces d’opéra, de ballet et de théâtre sur projection à grands écrans. Les spectateurs gagnent à assister aux représentations artistiques tout droit sorties d’une formule de spectacle réinventée. « Évidemment, c’est la technique qui fait une grande différence. La taille de l’écran, la qualité des équipements audio, la salle sombre, tout est en place pour que les spectateurs puissent profiter au maximum de cette expérience », comme Alexandre Hurtubise affirmait. Au lieu d’aller à Londres au Royal Opera, les spectateurs peuvent rester à Sherbrooke pour voir La Bohème et ainsi « goûter aux meilleurs des opéras » dès le 8 octobre 2018.

La mission de La Maison

Ce qui distingue l’entreprise indépendante des Cineplex et des cinémas Guzzo est notamment sa vocation à promouvoir l’art du cinéma dans son ensemble allant de représentations de films étrangers, québécois, passant par les pièces de théâtre et même l’opéra. La forte réputation de La Maison du Cinéma est fondée sur la richesse de sa programmation et de l’expérience complète offerte à son public pour la moitié du prix offert ailleurs chez ses compétiteurs. Comme Alexandre Hurtubise le spécifiait, « il y a plusieurs [missions], mais ultimement, c’est d’offrir la programmation la plus variée et de la présenter dans un cadre accueillant et captivant. »


Crédit Photo @ La Maison du Cinéma

Archives

Partager cette publication