Prédictions pour la saison de la LNH : cinq formations à surveiller

Par Jean-François Eddie

Nous sommes officiellement depuis un peu plus d’une semaine dans une nouvelle saison de la LNH et cela signifie qu’il est temps de faire des prédictions qui ne se réaliseront probablement pas. Comme dans beaucoup de sports, le hockey est très souvent imprévisible et rempli de surprises. De fait, les Blues de Saint-Louis qui étaient dans les bas-fonds du classement la saison dernière ont brandi une bannière de la Coupe Stanley lorsqu’ils ont surplombé les Bruins de Boston en finale.

Chaque année, plusieurs équipes surprennent et se démarquent en début de saison avec un jeu rapide qui ne s’avère pas tout à fait durable. À contrario, certains favoris connaissent des départs plus lents, et prennent plus de temps à prendre leur envolée. Malgré ces incertitudes, il est tout de même possible de vous présenter un portrait des grands favoris, ainsi que des joueurs à surveiller !

Lightning de Tampa Bay

Lorsque les séries éliminatoires ont commencé l’année dernière, une équipe était sur toutes les lèvres. Ayant égalé le record de la LNH avec 62 victoires en saison régulière, le Lightning était la formation à battre et semblait déjà avoir la coupe Stanley à portée de bras. Hélas, Tampa Bay fut humilié par les Blue Jackets de Columbus dans un balayage au premier tour des séries éliminatoires. Bien que la meilleure équipe du circuit Bettman n’ait pu mettre la main sur les grands honneurs, fort est à parier que la situation sera différente en 2020. En effet, 11 des 20 panélistes et experts du site LNH sont d’avis que le Lightning soulèvera la coupe en 2020.

Hormis l’ajout de quelques joueurs de réserve, la formation de John Cooper reste presque inchangée (on ne répare pas ce qui n’est pas cassé). Les grands compteurs de retour cette année avec Tampa Bay sont : Nikita Kucherov (128 points), Steven Stamkos (98 points), Brayden Point (92 points) et Victor Hedman (54 points). Derrière le filet, le Lightning peut toujours compter sur Andrei Vasilevskiy, lauréat du trophée Vezina en 2019.

Maples Leafs de Toronto

Les Leafs ont terminé la saison 2019 avec 100 points et une fiche de 46-28-8, ce qui s’est transcrit par la troisième position dans la division atlantique. Véritable machine offensive, la troupe torontoise dispose de gros canons à l’avant avec Mitch Marner (94 points), John Tavares (88 points) et Auston Matthews (73 points). Très bonne équipe sur papier, la brèche des Leafs se trouve en défense. Bien qu’elle n’ait aucun problème à marquer, la formation de Mike Babcock a, à plusieurs reprises, perdu des rencontres où elle avait une confortable avance.

Dans le but de remédier à cette situation, les Leafs ont réorganisé leur défense par l’ajout de Tyson Barrie, Cody Ceci et Ben Harpur dans des échanges avec Colorado et Ottawa. Toutefois, ces transactions ont couté cher aux Leafs, qui se défont de Nazim Kadri, Connor Brown, Nikita Zaitsev et Calle Rosen. Malgré cette perte offensive, l’ajout de Tyson Barrie offre beaucoup plus de stabilité à une équipe qui déborde de talent.

Blues de Saint-Louis

Après avoir créé la surprise en 2019, les champions en titre entrent dans la nouvelle saison avec une formation très semblable que celle de l’année dernière. Il faut noter le nouveau contrat du jeune gardien recru Jordan Binnington, qui s’est avéré être une véritable trouvaille pour les Blues en 2019. À ses 20 premiers départs en carrière (7 janvier 2019), il a obtenu une fiche de 16-3-1 avec une moyenne de buts alloués de 1,70, un pourcentage d’arrêt de 0,933 et cinq blanchissages.

Il faut également noter la perte du défenseur Michael Del Zotto qui a signé une prolongation de contrat d’un an avec les Ducks d’Anaheim. Le défenseur n’avait joué que 7 matchs avec les Blues, récoltant 3 passes. Même si l’on sait à quel point il est difficile de gagner deux Coupes Stanley d’affilée, les Blues restent une équipe à regarder en 2020.

Bruins de Boston

Après une longue course en série éliminatoire contre les Blues, il est possible que les Bruins régressent un peu au classement général. Discret lors de la saison morte, Boston a embauché les attaquants Par Lindholm et Brett Ritchie, engagé de nouveau l’attaquant Danton Heinen et prolongé le contrat de Connor Clifton. Bien que les Bruins restent une puissance dans la LNH, des vétérans comme Patrice Bergeron, Brad Marchand, Tukka Rask et Zdeno Chara ont de moins en moins de KM dans le réservoir, une facette du jeu qui peut potentiellement nuire aux Bruins.

Malgré tout, Boston reste une équipe d’élite grâce à une défense étanche. Deuxième dans la LNH la saison dernière dans les buts contres (128), l’équipe des Bruins semblait parfois intouchable chez elle, ne laissant que quelques tirs à l’adversaire. Avec plusieurs défenseurs capables de livrer la marchandise et un très bon gardien de but, tout porte à croire que la situation sera semblable en 2020.

Prédateurs de Nashville

Après s’être rendus en finale de la Coupe Stanley pour la première fois en 2017, les Prédateurs ont connu une production à la baisse en 2018 et 2019. Incapable de produire en éliminatoire, le directeur général Poile devait trouver une solution… et c’est ce qu’il a fait. Les Prédateurs ont engagé l’attaquant étoile Matt Duchene pour un contrat de 7 ans. Il assumera le rôle de deuxième centre derrière Ryan Johansen.

Afin d’économiser pour payer Duchene, les Preds ont dû échanger le défenseur P. K. Subban au Devils pour les défenseurs Steven Santini, Jeremy Davies, et un choix de 2e ronde en 2019 et 2020. Mais encore, Nashville a été incapable de renvoyer les attaquants Wayne Simmonds et Brian Boyle lors de la saison morte. Ces pertes font mal aux Prédateurs, mais l’arrivée de Duchene est peut-être l’élément manquant en attaque que Poile cherche depuis des années.


Crédit Photo @ LNH

Partager cette publication

Laisser une réponse