La présidentielle française vue autrement

Par Laurence Poulin

J’ai rencontré Henri Ouellette-Vézina et Amaury Paul lors d’une des réunions annuelles de la Presse étudiante francophone (PrEF). Rapidement, la passion de ces journalistes et photographes m'a impressionnée. Tous deux sont issus du journal étudiant de l’Université Laval, Impact Campus. Ces derniers ont décidé, d’une initiative personnelle, de se rendre à Paris couvrir les derniers jours de la présidentielle française de 2017. Entretien avec ces deux passionnés du journalisme et de la politique française.

Reportage à quatre mains : les banlieues de Paris et la soirée électorale du deuxième tour

L’essentiel de la campagne se déroulera demain, le dimanche 7 mai 2017. L’issue des présidentielles françaises et du deuxième tour déterminera qui d’Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen dirigera la France. Henri et Amaury seront présents au Quartier général d’Emmanuel Macron, prévu au Louvre.

Amaury mentionnait que leur but principal est de suivre et de vivre l’expérience, non pas pour l’argent, mais bien pour traiter la présidentielle à leur manière. Les quelques jours qu’ils ont passé à Paris ont été consacrés notamment à des reportages sur les réalités en banlieue, mais aussi à vivre les derniers jours de cette présidentielle. Ils y sont arrivés sans prétention, avec l’intention de créer des contenus originaux, de couvrir des angles que les grands médias ne couvrent pas vraiment, de parler à des gens à qui on ne donne pas toujours la parole, tout en essayant de sortir de la masse.

En effet, ce n’est pas le nombre de médias qui manque en France. Plus de quatre chaines de télévision en continu couvrent cette présidentielle. Lors de la réunion de Macron au Louvre, ces derniers vont essayer, malgré la masse de médias qui vont s’y trouver, d’avoir un angle plus québécois, plus jeune et plus original. Ils ne cherchent pas nécessairement à se démarquer en France puisque le travail journalistique y est déjà très présent, mais le but est davantage d’aller chercher des coins du Québec via des radios locales ou des journaux locaux.

Cette expérience est hyper formatrice pour ces deux étudiants. En effet, le journalisme est un métier qui s’apprend en le faisant sur le terrain, tous les jours. Selon Henri, c’est encore plus formateur qu’un baccalauréat, puisqu’ils peuvent mettre en application tout ce qu’ils ont assimilé durant leurs études. Également, la liberté qu’ils disposent dans le traitement est bénéfique malgré leurs ressources matérielles et financières plus limitées. Leur location terrain et les angles auxquels les grands médias ne pensent pas toujours leur permettent d’ajouter de l’information et une plus-value au débat, et c’est au final leur objectif principal.

Dernier débat du 3 mai : Macron grand gagnant

Selon eux, Le Pen a échappé la situation lors du dernier débat du 3 mai. Elle n’a pas plu à son camp militant et elle attaquait beaucoup Macron. Elle ne suggérait pas beaucoup de positions plus concrètes comme l’a peut-être fait davantage son adversaire. Ce débat avait plus l’air d’une chicane.

À ce propos, Macron serait passé de 59 % à 62 % des voix aux sondages suivant le débat. Cela confirme selon eux la tendance observée. Par ailleurs, les militants les plus influents de Marine Le Pen l’ont énormément critiquée sur les médias sociaux alors que normalement, ils sont souvent les plus pugnaces et ceux qui trouvent des arguments pour la défendre. Unanimement, on considère que Le Pen s’est écroulée dans le débat. Il pourrait s’agir du tournant et confirmerait l’improbabilité que Le Pen soit la prochaine présidente.

Macron - Clinton

L’association souvent établie entre Trump et Le Pen n’est selon eux pas la bonne. Il s’agirait davantage d’une comparaison entre Emmanuel Macron et Hillary Clinton. Pour eux, Macron s’est fait connaitre, s’est imposé et serait en voie de devenir président. En comparaison, c’est davantage Clinton qui n’aurait objectivement pas fait une bonne campagne et n’aurait pas été une bonne candidate.

Selon eux, la situation des banlieues ne fait pas nécessairement l’actualité au téléjournal du soir, mais mérite d’être couverte. Cela est d’autant plus vrai dans le contexte français actuel, intrinsèquement lié aux enjeux sécuritaires et aux banlieues. Des inquiétudes sont présentes alors que la préoccupation des migrants était au cœur de la campagne de Marine Le Pen. Ces préoccupations sont très présentes au sein de son électorat et c’est ce qui relie d’une certaine manière les gens qui ont voté Fillon au premier tour et qui voteront possiblement Le Pen au deuxième tour de demain.

Le rassemblement de leurs reportages et suivis quotidiens de la présidentielle française sera disponible prochainement sur leur blogue et via différents médias tels qu'Huffington Post et d'autres à venir dans les prochains jours.

Leurs comptes Twitter :

https://twitter.com/henriouelvez

https://twitter.com/amaurypaul


Crédits Photo © Henri Ouellette-Vézina

Laisser une réponse