Prise 2 pour les producteurs locaux

Par Mélissa Toutant

Depuis le début du siècle dernier, les grandes marques dominent dans les préférences d’achat des consommateurs. C’est seulement tout récemment qu’on remarque une plus grande tendance vers la consommation locale. Sherbrooke déborde d’une richesse particulière en ce qui concerne les commerces locaux. Pourquoi donc ne pas en profiter? 

De l’achat local à l’industrialisation

Dès la fin des années 1800, la production industrielle s’améliore et la consommation fait partie du mode de vie des gens. Après la Seconde Guerre mondiale, plusieurs consomment davantage pour leur plaisir et pour se différencier socialement, non plus seulement pour répondre à un besoin. Avant cette période, les gens se rendaient directement chez le commerçant et achetaient des produits avec des marques bien souvent inconnues. C’est à la suite de l’augmentation de la consommation que les grandes marques naissent. Des marques telles que Unilever, Nestlé, Kellogg’s, Coca-Cola, General Mills et bien d’autres obligent les gens à faire des choix et à avoir des préférences. Les tablettes des commerces se remplissent rapidement de ces marques, et les consommateurs délaissent de plus en plus les producteurs locaux.

En moins de 50 ans, le Québec est passé de l’achat directement chez le commerçant à l’achat industriel. Encore aujourd’hui, les grands magasins, les centres commerciaux et les supermarchés fonctionnent à tout rompre. Nous commençons par contre depuis quelques années à voir la promotion des produits faits au Québec.

Du commerce d’ailleurs à ici

Dans notre quotidien, il est possible de faire de petits gestes concrets et simples qui permettront d’encourager l’achat d’ici, sans compter que nous avons la chance d’habiter à Sherbrooke, une région mi-ville mi-campagne. En allant simplement au centre-ville, il est possible de faire son marché, de goûter à des spécialités biologiques et équitables et de faire la rencontre de quelques commerçants, heureux de nous en apprendre davantage sur leur passion. Consommer des produits d’ici, c’est, entre autres, penser à l’environnement et manger des aliments plus sains, plus nutritifs et plus frais. Faire ses emplettes devient un moment de découverte.

Un des endroits par excellence pour trouver divers aliments régionaux : le Marché de la Gare. Été comme hiver, il est possible de dénicher des viandes et poissons frais à la Boucherie du Terroir. Le saucissier William J. Walter conçoit plus de 60 sortes de saucisses. L’été, il est même possible d’acheter directement sur place des fruits et légumes frais de marchands.

En faisant un arrêt au Centro, Bloma Fleuriste est l’endroit tout indiqué pour acheter quelques plantes qui égayeront assurément votre salon. Plusieurs boutiques, telles que Kitsch et Belle et Rebelle, offrent également des vêtements tendance pour redorer votre garde-robe. À la fin de votre journée, un café équitable bien mérité vous attend au Bistro Kàapeh.

Sans trop y penser, en visitant quelques-uns de ces commerçants, vous encouragez les entreprises de la région. En remplaçant seulement quelques habitudes de consommation, vous pourrez délaisser graduellement les grandes marques et les commerçants d’ailleurs pour soutenir l’achat local.

Le centre-ville de Sherbrooke encourage d’ailleurs ses commerçants à vendre des produits d’ici. De charmants commerces n’attendent qu’à être découverts! En plus d’encourager les producteurs et entrepreneurs du coin, vous pourrez varier votre alimentation et profiter de la fraîcheur d’une multitude de produits. Cet engouement pour l’achat local est en pleine effervescence. Les consommateurs recherchent de plus en plus des produits faits au Québec, que ce soit pour leur conscience environnementale, pour leur santé ou tout simplement pour leur goût personnel. La province connait donc un retour à ses premières racines : l’achat local.


Partager cette publication