Publier son mémoire ou sa thèse : le danger des éditions frauduleuses

Crédit photo © Edilivre

Par Ariane Régnier & Steve St-Pierre

Nous avons été contactés par des collègues et amis afin de partager un questionnement en lien avec la publication de leurs travaux universitaires de mémoire ou de thèse. Ces derniers avaient été élégamment approchés par une maison d’édition au titre plutôt flatteur : Les Éditions universitaires européennes (EUE).

Oh, joie! Le rêve de tout chercheur que de se faire approcher par une presse académique internationale sans en avoir même fait la démarche. En creusant un peu, nous nous sommes aperçus que le questionnement entourant cette maison d’édition est plutôt grand. Est-ce une fraude? L’auteur se fait-il avoir? Cela semble beau, facile et sans tracas. On propose une publication rapide et sans frais pour l’auteur.

Cette dernière phrase devrait toujours vous mettre la puce à l’oreille. En général, jamais un éditeur (à moins de parler d’une semi-auto-édition) ne vous demandera de débourser de vos poches pour la publication de votre livre, mémoire ou thèse. L’enjeu pour les étudiants, auteurs et chercheurs se retrouve entre autres dans l’inexistence de travail éditorial. Ce manquement peut porter atteinte à la réputation du chercheur. À long terme, une publication mal guidée peut entacher les possibilités professionnelles et la crédibilité des universitaires.

Habituellement, un travail de révision basé sur une relation de confiance s’effectue entre l’auteur et sa maison d’édition avant qu’il y ait publication. De plus, Les Éditions universitaires européennes n’entretiennent pas un processus arbitraire dans la sélection des travaux publiés : tout le monde est accepté.

Vendus à des prix ridiculement hauts (parfois plus de cent dollars), vos livres ne vous rapporteront aucun profit si vos gains se chiffrent en bas de 10 euros par mois. Dans le cas contraire, aucune rétribution financière : pour des montants de 10 à 50 euros par mois, ce sont des bons de réduction permettant l’achat de livres chez l’EUE qui vous seront remis.

Autrement dit, vaut mieux se méfier des offres trop cutes pour être vraies, cela pourrait avoir d’importantes répercussions sur votre carrière et votre crédibilité professionnelles.


 

Partager cette publication