Quand le terme « chatouille » perd tout son sens

Par Mai Lie Caya

À l’occasion du Festival cinéma du monde de Sherbrooke, le film français Les Chatouilles a pris l’affiche à la Maison du cinéma le 9 avril. Réalisé et joué par Andréa Bescond, le long-métrage retrace l’histoire vécue de cette dernière dans ses combats pour affronter les abus pédophiles dont elle fut victime dans son enfance. C’est à travers la danse que le public suit la progression artistique et psychologique de l’actrice qui dénonce la violence sexuelle faite aux enfants dans un cri du cœur émotif et choquant à la fois.

Vivre la vie avec passion et haine

Les spectateurs suivent l’histoire d’Odette, une jeune fille qui fait la rencontre de Gilbert, un ami proche de la famille. L’homme multipliait les rencontres pour « chatouiller » Odette alors que cette dernière se laissait faire sans jamais dénoncer son agresseur qui lui avait fait jurer de ne rien dire.

Pour Odette, la danse représentait un moyen de s’exprimer, de mettre à découvert ses sentiments et de montrer comment elle avait soif de vie. Ce n’est qu’après l’âge de la puberté qu’Odette avoue à sa psychologue qu’elle avait été victime de pédophilie durant son enfance. Pendant ses séances, Odette en profite aussi pour expliquer la place que la danse avait pour elle dans son pouvoir analgésique. Enchaînant tournée après tournée, carburant à la drogue, Odette sombre dans la boulimie de la danse. Lorsqu’elle fait la rencontre de Leny, Odette reprend sur elle-même et commence à envisager un avenir rassurant.

Lorsqu’elle avoue enfin à ses parents l’agression dont elle a été victime, le père éprouve rage et compassion alors que la mère accueille ce drame avec antipathie. Odette, en quête de réconfort de ses parents, est rejetée par sa mère qui accuse sa fille de manquer de jugement et d’avoir ruiné la vie d’un père de famille qui avait tout à perdre. Odette parvient tout de même à faire la paix avec elle-même en affrontant la vérité qu’elle a tant essayé d’enfouir. Après le procès, Gilbert est condamné à 7 ans de prison.

À nos enfants

Les Chatouilles est un film fort en émotion qui est brutal dans sa force de dénonciation et émouvant dans la puissance des sentiments que les spectateurs ressentent tout au long de l’histoire. Loin de rester indifférent devant la pédophilie, le public en vient à une prise de conscience non pas des ravages de l’agression sexuelle, mais bien de l’effet destructif que la mise sous silence d’une agression peut apporter. Le message du film met autant en garde les parents quant à l’attitude qu’ils doivent adopter à l’égard des aveux d’agression sexuelle que la victime quant à son devoir de dénoncer son agresseur. Le fait que la dédicace du film soit adressée à nos enfants reflète encore plus ce devoir de conscientisation nécessaire pour prévenir l’éventualité de ce genre de drame.

Autant ce film peut paraître choquant à cause des cordes sensibles que le sujet touche, autant doit-on féliciter l’audace d’aborder de manière directe un sujet aussi tabou. Le film Les Chatouilles n’est pas à sa première apparition devant public. En effet, celui-ci a d’abord été réalisé sous forme de pièce de théâtre sous le nom Les Chatouilles ou la Danse de la Colère. L’actrice, Andréa Bescond, a également incarné le rôle d’Odette sur scène. Lorsque le film a été accueilli sur la scène française le 14 novembre 2018, il a reçu un César pour la meilleure adaptation et un autre pour celui de la meilleure actrice dans un second rôle joué par Karin Viard dans le personnage de la mère d’Odette.


Crédit Photo @ Les Chatouilles, le film

Partager cette publication

Laisser une réponse