Quand l’UdeS rime avec les élections provinciales

Par Dorian Paterne Mouketou

À l’aube des élections législatives au Québec, trois membres de la communauté universitaire sont candidats dans quelques circonscriptions québécoises. Le Collectif vous présente les portraits de William Champigny-Fortier, de Christine Labrie et de Véronique Vigneault.

William Champigny-Fortier se porte candidat pour Québec solidaire dans Arthabaska, une circonscription du Centre-du-Québec portant 17 municipalités, dont Victoriaville, la plus populeuse. WCF veut faire de la lutte aux inégalités, de l’environnement et de la relève agricole les thèmes clés de sa campagne dans le Centre-du-Québec. « Dans les dernières années, des sommes immenses se sont ramassées entre les mains d’une minorité richissime. Pendant ce temps, le salaire de bien des gens ne suffit pas à subvenir à leurs besoins, notre filet social est troué et le milieu communautaire manque de ressources. Ce que nous voulons, c’est reprendre l’argent et le répartir de manière à améliorer la qualité de vie des gens en réinvestissant dans nos services et en augmentant le salaire minimum », a-t-il spécifié. Le candidat de QS veut aussi accomplir une vaste transition énergétique : « À Québec solidaire, nous voulons offrir des mesures fortes pour changer de cap et cesser de faire des changements d’apparence, c’est notamment pourquoi nous voulons protéger notre territoire de la fracturation hydraulique ainsi que du transport d’hydrocarbures. » Enfin, il faut d’après lui « soutenir la relève agricole en s’assurant qu’elle ait un meilleur accès aux quotas, lutter contre la spéculation des terres et encourager des productions plus écologiques. »

Le déroulement de la campagne pour WCF semble aller pour le mieux : « Nous n’avons jamais eu autant de personnes impliquées dans la circonscription et le travail terrain se déroule à merveille, puisque nos propositions surprennent les gens. Depuis les dernières élections, le parti Québec solidaire a évolué énormément de manière à devenir un acteur incontournable de la scène politique, ça parait lorsque l’on discute avec les électeurs et les électrices », dit-il. Québec solidaire entend mener une campagne d’envergure dans Arthabaska. « Nos attentes sont égales aux efforts que nous mettons dans la campagne et c’est pourquoi nous nous attendons à des résultats impressionnants », ajoute WCF.

Si William avait un message important à adresser aux Québécoises et aux Québécois :

Les partis traditionnels ont fait leur temps et le bilan est loin d’être glorieux. Le Québec d’aujourd’hui connait des écarts de richesse incroyables alors qu’on n’a cessé de couper et de tarifer des services. Pendant ce temps, l’environnement se dégrade et rien n’est fait pour régler le problème. Ce que Québec solidaire offre comme perspective, c’est une véritable seconde révolution tranquille qui ferait du Québec un pays juste, vert et démocratique.

- William Champigny-Fortier, candidat pour Québec solidaire dans Arthabaska

Christine Labrie a suivi une formation en histoire et complète actuellement un doctorat dans le domaine, en plus d’être chargée de cours à l’Université de Sherbrooke. Sa première expérience politique était aux élections municipales de Sherbrooke en 2017. « J’ai adoré le contact avec les gens, j’ai senti que je leur redonnais confiance en la politique. J’ai décidé de me lancer avec Québec solidaire, parce que c’est le seul parti qui a l’audace de proposer des solutions concrètes aux défis du 21e siècle, comme la crise écologique et l’augmentation des écarts de richesse », lance-t-elle. Nouvellement nommée porte-parole nationale en éducation postsecondaire, la candidate de Québec solidaire dans Sherbrooke croit que l’éducation est l’avenir du Québec.

Pour la candidate, les conditions de vie des ménages sont un enjeu fondamental. Elle entend travailler pour améliorer les conditions de travail afin de trouver un équilibre entre la vie familiale et la vie professionnelle. « Travailler doit aussi permettre de se sortir de la pauvreté. On veut que tous les stages obligatoires soient rémunérés et que le salaire minimum soit augmenté à 15 $ de l’heure », complète-t-elle. De plus, les services publics devraient réellement être accessibles et répondre aux besoins des gens. Une de ses idées serait de mettre en place un système d’assurance dentaire publique. Christine Labrie compte sur une grande équipe pour mener à bien sa campagne dans Sherbrooke. « Je travaille avec une formidable équipe compétente et motivée. Des gens s’ajoutent chaque jour! On commence la campagne en force, et ce sera la plus grosse campagne de Québec solidaire à Sherbrooke depuis la fondation du parti! », conclut-elle.

Message de la candidate aux Sherbrookoises et aux Sherbrookois :

C’est la première fois cette année que notre génération a un poids démographique aussi important que celui des baby-boomers. On a une occasion en or de se faire entendre en élisant des députés solidaires qui partagent nos préoccupations pour l’environnement, la précarité économique des jeunes, l’éducation, par exemple. Pour que ça marche, il faut que les jeunes sortent voter. C’est une course à quatre à Sherbrooke et ce sera très serré, chaque vote va compter!

- Christine Labrie, candidate pour Québec solidaire dans Sherbrooke.

Véronique Vigneault poursuit une maitrise en Études politiques appliquées à l’Université de Sherbrooke. Sa volonté de succéder à la famille Vallières l’a poussée à se présenter en tant que candidate pour le Parti québécois dans Richmond. Jeune entrepreneure bien connue en Estrie, Mme Vigneault occupe le poste de directrice régionale à la Ruche Estrie.

Étant dans une circonscription électorale vaste de 22 municipalités, Mme Vigneault a misé sur un bureau électoral mobile, la Véromobile, afin de constamment être sur le terrain. Ses thèmes de prédilection sont le développement local et régional, l’exode rural des jeunes, la famille. La candidate aux multiples facettes est éducatrice spécialisée de formation et a œuvré comme travailleuse de rue plusieurs années avant de poursuivre des études en psychologie et en administration. Celle qui a également œuvré dans plusieurs organismes pour le développement régional et le rayonnement de l’Estrie veut travailler avec des gens de toutes les sphères de la société pour faire avancer les choses. « Je serai une élue au cœur de l’action, en mode concertation et solution, en ne perdant jamais de vue l’importance de livrer la marchandise pour des résultats concrets, qui font une différence dans la vie des gens et des communautés », spécifie-t-elle.  

Vision de la candidate :

Je ne veux pas faire de la politique autrement, je veux simplement faire de la politique, avec sincérité, franchise et intégrité; en étant sur le terrain, près des gens, à l'écoute de leurs préoccupations et de leurs idées. Je suis une fille d'action toujours en mode solution.

- Véronique Vigneault, candidate pour le Parti québécois dans Richmond

Partager cette publication

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.