Quelle est la position de votre association sur la grève à venir?

Par Stéphanie Bénard

Avec les mesures d’austérité imposées par le gouvernement actuel du Québec, de nombreuses actions sont entreprises depuis le printemps dernier par les associations étudiantes à travers la province pour dénoncer les coupures.

 

Les coupures en éducation amènent plusieurs questionnements sur l’avenir des écoles au Québec. Ces restrictions touchent particulièrement le milieu universitaire, notamment l’Université de Sherbrooke. D’ailleurs, depuis la rentrée scolaire, les étudiants de l’UdeS sont confrontés à une hausse non obligatoire sur leur facture de frais de scolarité avec les FINO.

Plusieurs regroupements étudiants se mobilisent depuis le début du mois de septembre. Un mouvement de grève commence à voir le jour, entre autres avec la Fédération autonome de l’enseignement (FAE). Qu’en est-il alors des différentes associations étudiantes de l’Université de Sherbrooke?

S’engager contre l’austérité par la grève

L’AGEFLESH, qui représente les étudiants de lettres et de sciences humaines, a été la première faculté à voter pour une grève cet automne. Sa position est très claire : l’association étudiante est contre les mesures d’austérité du gouvernement libéral et elle est prête à entreprendre les actions nécessaires pour contester et faire valoir son désaccord.

De son côté, l’association des étudiants en éducation, l’AGEEFEUS, s’est positionnée en très forte majorité pour une grève. Du 28 septembre au 3 octobre dernier, ils étaient d’ailleurs en grève et ils ont organisé plusieurs évènements et manifestations pour soutenir le mouvement à travers le Québec. Au cours de l’automne, six journées de grèves rotatives auront lieu en fonction de celles qui seront choisies par le Syndicat de l’enseignement de l’Estrie.

La neutralité

Pour les étudiants en génie, sachez que les positions de l'AGEG sont apolitiques par rapport à la question de la grève dans un contexte d'austérité. La position de cette association demeure donc neutre. Le président de l’AGEG confirme que leur mandat est d’abord et avant tout d'informer la population étudiante de la faculté de façon objective et transparente. Toutefois, l’association demeure ouverte aux opinions de ses membres et les encourage à s’informer et à se mobiliser si telle est leur volonté.

L’hiver dernier, l’Association des étudiants de la Faculté d’administration avait organisé une assemblée générale spéciale dans l’optique de se positionner par rapport aux mesures d’austérité et à la grève étudiante. Avec une forte majorité, l’AEFA s’était alors positionnée contre l’austérité, mais en faveur d’un retour progressif et responsable de l’équilibre budgétaire pour le Québec, ainsi que contre la grève qui s’opposait à l’austérité en raison de son mandat trop large. Pour la session d’automne 2015, aucune prise de position ni mesure ne sont prévues pour le moment. L’association reconnaît cependant le droit de grève, mais s’abstient quant à sa position sur les mandats de grève de l’automne.

En science, l’association facultaire s’est positionné contre l’austérité. Par contre, l’AGES n’a pas émis de position vis-à-vis la grève actuelle et aucun vote n’a été proposé à ce jour.

Pour sa part, l’Association générale des étudiantes et des étudiants de médecine de l’Université de Sherbrooke ne prendra pas de position sur l’austérité, mais les membres ont adopté une position contre le projet de loi 20 et le projet de loi 10. Leur champ d’intérêt se limite ici strictement à la santé.

Au niveau de l’AGEEP, l’association est actuellement neutre sur le sujet.

Certaines facultés n’ont pas donné leur position sur le sujet. Est-ce que le mouvement actuel prendra davantage d’expansion ou demeurera-t-il à l’AGEFLESH et à l’AGEEFEUS? Seul l’avenir nous le dira, mais d’ici là, les étudiants sont toujours invités à se prononcer auprès de leur association sur la question de l’austérité et de la grève.


Pour consulter l'éditorial Campus relié à cet articlecliquez ici.


© Cathie Lacasse Pelletier

Partager cette publication