Réflexe citoyen : une initiative pour favoriser l’implication étudiante

Par Claudie Leclerc

À l’Université de Sherbrooke, les étudiants n’ont pas de quoi s’ennuyer, le campus offrant une multitude d’activités auxquelles participer et une abondance de projets et comités d’étudiants dans lesquels s’investir. Il existe presque une centaine d’associations et de regroupements étudiants englobant toutes les facultés. Pourquoi donc un étudiant universitaire aurait-il avantage à s’impliquer?

Le réflexe du citoyen

Le 17 janvier dernier avait lieu au centre culturel de l’Université de Sherbrooke l’événement « Réflexe citoyen 2018 » qui rassemblait près d’une quarantaine d’organismes communautaires de la ville de Sherbrooke. La tenue de l’événement sur le campus de l’université permettait aux organismes de se rapprocher des jeunes étudiants et d’encourager ceux-ci à s’engager dans la communauté sherbrookoise. Par le fait même, ces associations peuvent se promouvoir et se donner de la visibilité face à toute la communauté universitaire, qui a ou qui aura peut-être besoin des services de ces organismes à l’avenir.

Une variété de causes

Toutes les organisations présentes étaient différentes et se distinguaient par les causes qu’elles servaient, toutes aussi importantes les unes que les autres. Des associations dédiées aux personnes avec des handicaps physiques ou mentaux, d’autres servant aux personnes ayant des maladies physiques, comme le diabète, ou des maladies mentales, comme l’anorexie et la boulimie, se sont fait valoir devant la communauté étudiante pour être davantage connu par celle-ci et leur permettre de recruter des bénévoles. Sensibilisation, groupe de soutien, rencontres individuelles et plusieurs autres actions sont prises par ces organismes.

Parmi ceux-ci, on y voit Arrimage Estrie, qui a pour mission « le développement d’une image corporelle positive dans la collectivité en plus d’accompagner les personnes touchées par un trouble du comportement alimentaire ou une préoccupation envers leur corps, leur poids ou leur apparence ». En plus d’offrir du soutien autant pour les hommes que pour les femmes, Arrimage Estrie se déplace pour offrir des ateliers d’éducation populaire, qui sont des activités de sensibilisation dynamiques et stimulantes.

Plusieurs groupes de soutien individuel et d’accompagnement étaient aussi présents, dont SOS Grossesse, qui accompagne de façon confidentielle les femmes devant faire des choix cruciaux selon leurs valeurs, leurs croyances et leurs expériences. SOS Grossesse « favorise une décision libre, éclairée et responsable face au choix à faire lors d’une grossesse non prévue ». Aussi, une organisation qui soutient les hommes en situations difficiles, MomentHom, offre de l’accompagnement individuel, des groupes d’écoute et de parole ainsi que des ateliers et des conférences afin de soutenir les hommes qui peuvent vivre des moments difficiles, comme des problèmes conjugaux ou familiaux, une perte d’emploi, un manque d’estime de soi ou bien des problèmes financiers.

Pour ne nommer que celles-ci dessus, toutes les organisations présentes ont leur importance dans la société. En lien avec la santé du portefeuille, Solutions Budget Plus, qui aident les gens à prendre en charge leur situation financière et prône leur autonomie, informe le public sur la réalité des finances personnelles.

Plusieurs organismes recherchaient des personnes voulant s’impliquer bénévolement, celles-ci ayant toujours besoin d’individus motivés et prêts à redonner à la communauté.

Le faire pour soi

Avant toute chose, l’étudiant doit s’impliquer s’il en a envie. Le temps peut devenir long si l’étudiant s’implique sans en avoir la motivation. Même si certains moments peuvent être plus difficiles, que le moral et la capacité de bien organiser ses études et l’implication sont mis à rude épreuve, il faut que la personne croie en la cause dans laquelle elle s’implique. Beaucoup d’étudiants qui s’engagent dans divers regroupements le disent : l’implication est une expérience enrichissante. Ils en ressortent souvent fier et épanoui par rapport au travail accompli, à l’expérience acquise et aux succès obtenus. Ils ont même grandi et appris des échecs réalisés. L’implication peut prendre toutes sortes de formes, dépendamment des intérêts de chacun. Une personne peut trouver son comble dans une multitude de sujets, que ce soit le sport, la littérature, le théâtre, la santé et même le fait de faire la fête. Si un étudiant a une passion, il peut s’investir en se mettant en action et en posant des gestes concrets en lien avec cette activité qu’il affectionne. Il n’existe pas d'association ni de regroupement en lien avec une de vos passions? Pourquoi ne pas la créer?

Le faire pour les autres

Il faut dire que les premières motivations à s’engager doivent venir de soi et être pour soi, mais il existe aussi des avantages externes à le faire. L’implication étudiante peut évidemment embellir un CV et servir de contenu dans une lettre de motivation ou directement en entrevue. Un étudiant qui s’implique est un gage de plusieurs qualités qu’un employeur peut rechercher. Les employeurs sont attirés par les étudiants qui prennent des initiatives quand quelque chose leur tient à cœur et les passionnent. L’engagement montre à l’employeur, selon le type d’implication, toutes sortes de compétences supplémentaires qui peuvent être très pertinentes pour l’acquisition d’un poste. S’impliquer dans la communauté n’assurera évidemment pas le décrochement d’un emploi, mais cela aidera certainement à distinguer un CV d’un autre. Aussi, l’étudiant impliqué est très bien accueilli et même recherché par les différentes organisations qui décernent des bourses académiques de toutes sortes.

L’implication d’un étudiant doit d’abord commencer par sa motivation à la cause qu’il suit. Enfin, le faire pour soi ainsi que pour le sentiment d’avoir aidé et contribué à la collectivité avant tout est un élément primordial et essentiel.


Crédit Photo @ gallieart.tumblr.com

Partager cette publication