La rentrée et toutes ses nouveautés

Par Laurence Poulin

Il y a quelques jours déjà, ce fut le début d’une rentrée universitaire bien spéciale. Celle qui sera bien possiblement ma dernière à vie. Elle fut accompagnée d’un certain sentiment mitigé de début de la fin. Ce sentiment de déchirement entre le désir d’arriver à ce pour quoi j’étudie depuis plusieurs années, soit acquérir un énorme bagage de connaissances et de compétences pour le futur, tout en étant un brin nostalgique de mon arrivée à Sherbrooke il y a de cela trois ans déjà.

Les rituels

Ça passe vite, profites-en. Ça, on nous l’a répété sans cesse, sans que l’on réalise vraiment à quel point c’est vrai. Et c’est maintenant, alors que j’entre au 2e cycle, que je constate comment trois ans de bac, ça passe en coup de vent. Que même les moments les plus banals deviennent avec un certain recul les plus précieux et ceux dont on se souviendra. Il y a les incontournables intégrations, la soirée de l’Oktoberfest, les premiers rush de mi-session et de fin de session passés à la Brûlerie ou en linge mou, le 5@11 de l’Halloween et les courtes vacances des fêtes qu’on attend avec impatience. Il y a aussi les amitiés. Celles qui demeurent depuis le Jour 1 des intégrations, mais aussi celles qui surviennent alors qu’on ne s’y attend pas. Ces amitiés qui naissent au bon moment.

La ville de Sherbrooke est un bassin de nouveaux étudiants et de nouvelles étudiantes qu’elle accueille année après année. L’UdeS rend probables des rencontres entre des gens de partout et de différents milieux. Elle est le croisement de Montréal à Sept-Îles, de l’Abitibi au Saguenay, en passant par Paris et Marrakech. Cette croisée des chemins amène son lot d’apprentissage et de découverte des autres cultures, et ce, grâce à l’ouverture des étudiants à vivre pleinement l’expérience que Sherby a à leur offrir.

Des expériences nouvelles,
on en vit chaque jour, chaque semaine. On est confronté à de belles et moins belles choses qui forgent
qui nous sommes et qui dé nissent qui l’ont veut devenir, que vous soyez à votre première ou même votre cinquième année universitaire.

Du 1er au 2e cycle : la réalité frappe

Pour la plupart d’entre nous, ce mois de septembre sera rempli de nouveautés. Pour ma part, cette rentrée à la maîtrise s’accompagne de nouveautés bien différentes qu’à ma rentrée au bac. C’est un petit (gros) choc pour nous préparer à la vie d’adulte et à notre carrière professionnelle. Au lieu d’un bain de boue ou du mélange ketchup-mayonnaise, on a plutôt droit à un bain intensif de matière, d’évaluations et de conférences préparatoires au reste de l’année intense qui suivra. Du BBQ post-intégration, on passe au cocktail accompagné du corps professoral et des doyens facultaires.

Des expériences nouvelles, on en vit chaque jour, chaque semaine. On est confronté à de belles et moins belles choses qui forgent qui nous sommes et qui définissent qui l’ont veut devenir, que vous soyez à votre première ou même votre cinquième année universitaire. Il ne suffit que de garder l’œil ouvert à toutes les nouveautés et possibilités qui s’offrent à nous chaque jour et de saisir chaque occasion qui passe. Bien souvent, on hésite à saisir une occasion par manque de temps, par manque de confiance ou pour toute autre raison. Pourtant, s’il y a une chose que je retiens de mon parcours universitaire, c’est surtout de ne jamais se fermer de portes. Les expériences qui m’ont le plus apporté sur le plan personnel et professionnel sont celles dont je m’attendais le moins ou qui m’ont déstabilisé le plus. L’expression sortir de sa zone de confort a pris tout son sens pour moi à plusieurs moments. C’est peut-être quétaine ou simple à dire, mais dans les faits, c’est la nouveauté qui nous fait avancer. Ce serait mentir de dire que le changement se fait sans difficulté, mais quand on regarde le chemin parcouru, on se dit que ça en valait le coup! Profitez de chaque moment que Sherbrooke aura à vous offrir et laissez-vous porter par toutes les beautés et possibilités qui vous seront présentées!


Crédit photo © Université de Sherbrooke

Partager cette publication