Rire de soi quand on rit de lui : Billy Tellier et son spectacle Hypocrite(s)

Par Mai Lie Caya

Samedi dernier, le 15 juin, Billy Tellier a monté sur scène pour donner son spectacle intitulé Hypocrite(s) : le malheur des uns fait le bonheur des autres! Dans l’espace intime de la salle du Cabaret Eastman, l’humoriste est passé d’anecdotes en anecdotes pour dépeindre le portrait de son caractère sournois. Son spectacle à guichet fermé en a ravi plus d’un avec ses gags rafraîchissants. Au mois 200 personnes étaient au rendez-vous pour accueillir le retour de Billy Tellier sur scène.

Dès le début de son spectacle, Billy révèle son côté hypocrite en retraçant les innombrables fois qu’il dissimule ses intentions véritables. Qui n’a jamais menti à son ou sa partenaire seulement pour ne pas lui donner raison? Si vous l’avez déjà fait, vous êtes aussi hypocrite que Billy Tellier. La particularité du spectacle est que l’auditoire peut autant rire de Billy qu’il peut rire de lui-même. Les spectateurs arrivent facilement à se transposer dans les histoires de l’humoriste. C’est ce qui fait redoubler les rires : Billy raconte une expérience personnelle qui est aussi survenue à la majorité de la salle.

Comme tout humoriste qui rédige ses propres sketchs, Billy s’inspire de son quotidien pour faire de l’humour. Plus le spectacle avance, plus l’auditoire en apprend sur la vie de Billy en tant qu’adolescent, en tant que père et en tant que conjoint. Par exemple, il en profite pour comparer sa jeunesse à celle des milléniaux pour marquer la désillusion des gens se disant nostalgiques de leur époque. Pour lui, sa jeunesse se résume aux sandwichs au baloney dans tous ses lunchs, à l’air toxique de la cigarette et au soi-disant pantalon en coton ouaté que sa mère l’obligeait à porter quand il était jeune. Contrairement aux nostalgiques, Billy affirme sans broncher que ce temps-là ne lui manque pas du tout.

Connu pour être baveux, Billy a tout de même fait preuve de profondeur dans ses réflexions philosophiques en abordant des sujets comme la solitude. Selon lui, les gens ne prennent pas assez de temps avec eux-mêmes. Toujours à la recherche d’une activité, d’un divertissement, la société néglige le temps précieux de la solitude. En étant laissé à eux-mêmes, les gens devraient prendre le temps de fonder leurs opinions au lieu de leurs jugements et, au lieu de se faire dire comment penser par les médias sociaux, les gens devraient apprendre à réfléchir d’eux-mêmes.

Le temps de sa tournée, Billy Tellier quitte la radio CKOI pour faire rire non pas les conducteurs pris dans le trafic, mais des foules de spectacle partout à travers le Québec. Comme ses capsules radio du matin, Hypocrite(s) fait l’inventaire des malheurs et bonheurs de l’artiste. Que ce soit en onde ou sur scène, Billy partage ses expériences, ses traumatismes, ses pensées les plus saugrenues et les gens ne peuvent que se sentir encore plus près du quotidien de l’humoriste.

La majorité de la salle assistait au spectacle parce qu’elle avait été charmée par Le petit monde de Billy Tellier ou par la collaboration de l’artiste dans Debout les Comiques. Quand les auditeurs pensaient déjà tout savoir sur sa vie en l’écoutant quotidiennement à la radio, Billy en surprend plus d’un en annonçant une vérité choquante. D’ailleurs, l’humoriste s’est permis de clore son spectacle sur cette note aussi surprenante que bouleversante. Sa tournée ne fait que commencer. Pour ne pas voler de « punch », assistez vous-même à un de ses spectacles pour savoir ce qui lui est arrivé!

Partager cette publication

Laisser une réponse