S1 FIGHTING, L’AVENIR DES ARTS MARTIAUX AU QUÉBEC

Par Marc-André Descôteaux

Les arts martiaux mixtes ont-ils perdu leurs lettres de noblesse? L’âge d’or de l’UFC s’est-il terminé au même moment que le départ de George St-Pierre? L’ancien champion du monde des poids mi-moyens ne cesse de répéter que l’organisation doit être plus sévère concernant la consommation de substances altérant les performances. Effectivement, plusieurs athlètes ont été pris la main dans le sac ces derniers temps, faisant pleuvoir les suspensions. De plus, sans champion québécois, l’UFC s’éloigne de plus en plus du marché montréalais: le dernier championnat remonte à avril dernier et le président Dana White a déjà confirmé que le Centre Bell ne reverra pas l’organisation en 2016.

La boxe thaïe dans la mire du Québec

Les amateurs de sports de combat ne seront pourtant pas laissés à eux-mêmes, puisqu’une nouvelle organisation verra le jour dès novembre. Piloté par nul autre que Stéphane Patry, chroniqueur à RDS, S1 Fighting accueillera des talents de partout dans le monde et sera diffusé internationalement. Le nouveau projet de Patry se spécialisera dans le Muay Thaï, plus connu sous le nom de Thaiboxing, discipline se pratiquant debout et enchaînant des combinaisons de coups plus spectaculaires les uns que les autres (coups de pieds, coups de genoux et coups de coudes). Le sport étant déjà très populaire mondialement, l’objectif sera de rapatrier nos athlètes québécois qui souvent devaient s’exiler pour le pratiquer. Stéphane Patry nous assure qu’«à partir de la fin novembre, c’est la partie la plus agréable qui commence alors qu’enfin l’élite québécoise en combat debout pourra vivre de son sport ici même au Québec et que bien sûr les amateurs de sport québécois auront la chance de découvrir le sport le plus spectaculaire et enlevant de la planète.» L’organisation sera à l’écoute de son public dès ses débuts en leur donnant la parole quant à savoir les combats qu’ils désirent voir. En effet, plusieurs décisions seront soumises au vote du public via leur site web et diverses applications, permettant une interaction plus intime avec les adeptes.

 

Un club-école déguisé?

Alors que le premier évènement sera présenté à la Tohu, plusieurs athlètes de haut niveau s’y battront, figurant parmi eux les frères Jourdain. Interviewé plus tôt ce mois-ci, le plus jeune des deux frères croit assurément que S1 peut aller loin sous la direction d’un homme tel que Stéphane Patry et que son contrat lui permettra d’aller chercher plus d’expérience. Le jeune athlète ne cache pas ses intentions: décrocher un contrat dans une grande organisation d’arts martiaux mixtes telle que l’UFC ou encore Bellator. Pourtant, S1 se positionne au même niveau que ces dernières et compte attirer des combattants tout aussi spectaculaires. Deviendra-t-elle une sorte de club-école un peu comme les Bulldogs de Hamilton pour les Canadiens de Montréal? S1 n’en est qu’à ses débuts et doit encore gagner ses galons, ce qui n’est pas gagné d’avance, puisqu’il n’existe pas à ce jour d’organisations de Thaiboxing du calibre de l’UFC. S1 est un vrai vent de fraîcheur en cette période un peu chaotique dans le monde des arts martiaux mixtes. On nous promet des combats plus sécuritaires, plus clean et encadrés. Nous aurons le droit à des évènements d’une rare qualité, différents du remâché qu’on nous sert dans l’octogone quatre fois par mois.

Partager cette publication