Par Arnaud Duhamel

Chers concitoyens, chères concitoyennes,

Un rapport d’analyse des besoins de l’Université et un profil des compétences a été publié au début du mois d’octobre en vue de l’élection d’un nouveau recteur. Chers concitoyens, il est maintenant temps de se choisir un nouveau recteur.

C’est dans ce contexte que je me suis rappelé les propos de l’honorable Richard Hanna, représentant de l’État de New York à la chambre des représentants aux États-Unis, qui a affirmé dans une lettre ouverte destinée à Donald Trump : « I never expect to agree with whoever is president, but at a minimum the president needs to consistently display those qualities I have preached to my two children: kindness, honesty, dignity, compassion and respect. » Tout comme l’honorable Barack Obama, président des États-Unis qui, lors d’un discours prononcé à une cérémonie de collation des grades, a affirmé que « Qualities like kindness and compassion, honesty, hard work – they often matter more than technical skills or know-how. » C’est ce même président qui, dans son discours prononcé lors du conseil général du parti démocrate, a affirmé que, en gros, « … traits like honesty and hard work, kindness, courtesy, humility, responsibility, helping each other out. That’s what matters. » Il y a aussi l’honorable Ted Cruz, sénateur américain représentant l’État du Texas, qui a affirmé dans son discours présenté lors du conseil général du parti républicain que « we deserve leaders who stand for principle. Unite us all behind shared values. Cast aside anger for love ».

Chez nous, l’honorable Véronique Hivon, députée de la circonscription de Joliette, lors d’un événement électoral à Val-d’Or, a affirmé que : « Ce que je veux faire valoir, c’est que l’empathie, la gentillesse, ce sont des valeurs importantes que je souhaite retrouver dans un leader ».

Durant l’antiquité chinoise, un des proches de l’empereur Chouenn lui aurait apporté le conseil suivant : « Confiez les charges aux hommes vertueux et capables, et jamais à d’autres ».

J’ai pu constater que le profil de compétences du nouveau recteur mentionne qu’il doit, entre autres, être une personne humaine, intègre et respectueuse de la communauté universitaire.

C’est génial. Comment faire mieux? Je crois en tout respect que le choix du nouveau recteur est un devoir qui nous incombe à tous. C’est ainsi que je nous invite respectueusement à nous demander qui est la personne avec la plus grande bonté d’âme que nous connaissons et l’inviter énergiquement à se présenter.


Crédit photo © radio-canada.ca

Partager cette publication