Par Frédérique Charron

À moins de deux semaines de la fin de notre session à l’Université des Îles Vierges, on profite d’autant plus des petits moments et des vues épatantes entourant le campus. Un parcours d’émotions qui se termine plus rapidement que nous l’aurions souhaité. Voici un reportage-photo sur des endroits reculés, des activités reconnues à l’île et plusieurs attraits culturels qui représentent bien notre séjour et notre expérience de la « island life ».

La plage de Lindberg est directement à côté de l’aéroport. Cet endroit est surtout reconnu pour les habitants qui la visitent quotidiennement, surtout les fins de semaine, pour dépenser l’énergie des enfants. Tout le monde semble avoir ses habitudes. Pendant que les enfants jouent tous ensemble, les plus vieux organisent le souper sur le barbecue! On peut apercevoir les avions atterrir et décoller de l’autre côté de la plage.

Évidemment, vivre sur l’île veut dire des couchers de soleil quotidiens les plus impressionnants les uns que les autres. On ne cesse de s’épater des couleurs flamboyantes qui s’étalent sur l’océan. Puisqu’ils ne durent que quelques minutes, on s’assure de ne pas les manquer et d’en profiter, alors qu’on les aperçoit sur tout le campus. L’université est directement à l’extrémité ouest de Saint-Thomas, on a donc une vue complète sur l’océan entouré des montagnes de chaque côté.

Les vieux bâtiments de la ville nous rappellent les inspirations danoises des années 1700 et 1800. En effet, l’île de Saint-Thomas appartenait au Danemark jusqu’à ce que les États-Unis achètent l’île en 1917. Quoique très peu entretenus, les bâtiments font le cachet de la ville entourée d’eau où les bateaux de croisière accostent.

 

 

Le basketball collégial est très important pour l’Université des Îles Vierges, comme pour la plupart des universités américaines d’ailleurs. On a eu la chance d’être ici pendant leurs parties à domicile tout l’automne. C’est un sport qu’on connait moins, mais qu’on a appris à comprendre rapidement et à apprécier encore plus! Les vendredis et samedis, c’est au gymnase que la plupart des étudiants et parents se rencontrent pour encourager les Bucs!

Cette vue que l’on voit du safari lorsqu’on se rend en ville nous indique si oui ou non les touristes sont débarqués! C’est de là que nous voyons si un ou plusieurs bateaux de croisière sont accostés et qu’on réalise que le trafic sera encore plus long cette journée-là. En effet, dès que les bateaux sont en ville, beaucoup plus de safaris et de taxis sont présents et ça peut rendre les déplacements des habitants et habitantes plus compliqués. Un trajet de normalement vingt minutes peut prendre près d’une heure à faire.

Processed with VSCO with a5 preset

C’est à la presque toute fin de notre session que nous avons finalement décidé de nous y rendre! De l’autre côté de l’île se trouve cet endroit où la mer des Caraïbes rencontre l’Océan Atlantique. Endroit plutôt inconnu des touristes, ce n’était que nous sur cette plage de roches où les vagues sont plutôt fortes et impressionnantes quand on les compare aux autres plages de l’île. Des formations de roches rendent les déplacements à la marche plus difficiles, mais d’autant plus magnifiques. Le site se trouve en bas d’un site privé où des maisons de plusieurs millions sont installées devant une vue unique et littéralement privée.

Quand on revient d’une visite de la ville de Charlotte Amalie, on réalise la chance d’avoir un campus installé directement sur la côte éloignée, celle-ci entourée de montagnes. C’est un lieu plus reculé qui nous permet de profiter complètement de la nature et d’apprécier le campus, même si celui-ci nous oblige à monter plusieurs fois par jour des côtes mettant au défi notre forme physique! Ce sont des vues uniques qu’on ne retrouve pas sur n’importe quel campus universitaire.


Crédit Photo @ Frédérique Charron

Partager cette publication

Laisser une réponse