Sherbrooke : une terre d’accueil du cinéma

Par Kassandra Poulin et Sarah Turbil

Chaque minute passée devant un film est une minute de plus accordée à la compréhension du monde

— Pierre Lebeau, directeur du jury

Le 14 mars dernier avait lieu le dévoilement de la programmation du Festival cinéma du monde de Sherbrooke. Celle-ci nous a ouvert l’appétit sur les délicieux courts et longs-métrages que le jury a choisis avec attention. D’ailleurs, tous les amateurs de cinéma seront choyés avec une variété de 100 films provenant de 45 pays différents.

Le dévoilement a débuté avec quelques mots de Claude Belleau, le président du festival, qui a pris soin de nous mettre l’eau à la bouche avec ses agréables propos. Il a avoué que la programmation de cette année est tout simplement fabuleuse. En fait, la mission de ce rassemblement de films est de faire découvrir le cinéma autrement, tout en nous montrant l’aventure humaine.

Ensuite, le maire suppléant, Robert Pouliot, a pris la parole afin de nous ouvrir les yeux sur l’ampleur de cet événement. Il va même jusqu’à admettre qu’un jour, Sherbrooke n’aura plus rien à envier aux grands festivals de cinéma internationaux. De plus, monsieur Pouliot a expliqué le rôle de ce genre de festivités dans une ville. Il ne s’agit pas que d’une simple célébration de l’art du grand écran, mais d’un message d’acceptation des cultures étrangères.

Pour finir, le jury a fait une sélection de films près de nous. Les thèmes récurrents dans les différents courts et longs-métrages vont savoir toucher tout le public. Voici quelques exemples :

- Le monde en crise, que ce soit positif ou négatif
- Le refus de la fatalité
- Le désir de prendre soin des autres
- La crise identitaire
- L’art en général

Bref, il sera impossible de rester insensible face à cette variété de thématiques : que vous préfériez le cinéma d’aventure ou la romance, vous comblerez votre faim cinématographique. Par contre, le plaisir ne finit pas là. Il y a quinze événements qui sont mis sur place, afin de créer un lien de proximité entre l’art et le spectateur. D’ailleurs, certaines d’entre elles ne coûtent pas un sou. Afin de vous transmettre notre excitation, voici une liste de films à ne pas manquer.

Suggestions de films à voir :

Mardi 4 avril 2017 : Soirée d’ouverture

La soirée débutera par un 5 à 7 au Siboire dépôt et sera suivi du traditionnel tapis rouge à La Maison du Cinéma dès 19 h. S’en suivra ensuite la première diffusion canadienne du film Patients, une comédie dramatique basée sur le roman de Grand Corps Malade. La soirée se poursuivra ensuite à la Taverne américaine O’Chevreuil à partir de 21 h 30.

Mercredi 5 avril 2017 (18 h 30) : L’Outsider

Film français racontant l’histoire du trader Jérôme Kerviel qui a presque fait basculer la Société Générale, une des plus importantes banques françaises, à l’aide de ses énormes risques dans le domaine boursier. Un récit encourageant illustrant l’évolution du jeune homme.

Jeudi 6 avril 2017 (20 h 30) : Un journaliste au front

Documentaire québécois sur un journaliste au Moyen-Orient et diffusé en présence du réalisateur.

Vendredi 7 avril (14 h) : Ciné-débat sur le documentaire À droite toute au Centre culturel de l’UdeS

Projection du documentaire À droite toute traitant de la montée de l’extrême droite dans le monde, suivie par une table ronde et un débat ouvert avec le public. La liste des intervenants est disponible sur fcms.ca.

Samedi 8 avril 2017 (18 h) : I am not your negro

Nominé aux Oscars 2017 dans la catégorie Meilleur documentaire, I am not your negro aborde la question raciale aux États-Unis et est raconté par Samuel L. Jackson.

Dimanche 9 avril 2017 (19 h) : Soirée de clôture

La cérémonie de clôture commencera dès 19 h 15 à La Maison du Cinéma et remettra les prix de la quatrième édition du FCMS aux lauréats. À 20 h 15, la diffusion du film Tanna, qui raconte une histoire d’amour impossible entre deux membres d’une petite île du Pacifique, fermera le festival.

Comme l’ont mentionné à plusieurs reprises les organisateurs de cet événement, il est important pour eux de parler de ce festival de chez nous afin d’assurer son élargissement dans la sphère cinématographique. Qui sait? Peut-être qu’un jour, le Festival cinéma du monde de Sherbrooke tiendra un grand rôle sur le plan international!


Crédit photo © Ici Radio-Canada

Laisser une réponse

Recommandation